Surfez sur

WeMedia

Chief Editors’ Words: Jacques Sys (Sport Magazine)

Diriger un titre comme Sport/Foot Magazine est un incroyable privilège. Vous pensez sans doute que je dis cela parce qu’il s’agit d’un magazine sportif, une thématique qui passionne la moitié des Flamands (et essentiellement la population masculine) ? Eh bien, non. Je trouve surtout formidable de pouvoir faire du journalisme.
La formule hebdomadaire donne la possibilité d’aller plus loin qu’un simple compte rendu de l’actualité. Un magazine permet de raconter des histoires. Et cela reste un défi de taille à relever (pour l’exprimer par un cliché). Il faut constamment se réinventer à chaque numéro. En contrepartie, on dispose d’espace et de temps (choses qui manquent souvent cruellement aux journalistes de la PQ) pour prendre du recul et rendre son récit visuellement attrayant.
Avant que vous ne commenciez à douter : il va sans dire que le sport m’intéresse. Mieux encore : c’est ma passion, surtout le football et le cyclisme. Mais peu m’importe qui devient champion ; ce qui m’intéresse, c’est de trouver la meilleure manière de présenter l’histoire de ce champion. Le journalisme sportif est d’ailleurs une excellente école pour tous ceux qui caressent des ambitions dans le journalisme généraliste. Rik Vanwalleghem en est un bon exemple.
Les titres qui forcent mon admiration sont ceux qui combinent un journalisme de qualité avec l’art de raconter des histoires. Dans notre pays, je pense à Knack, qui a fort bien évolué au cours des deux dernières années. J’ai aussi été longtemps un fan d’Humo, qui a pendant toute une période donné le ton en matière d’interviews. à€ l’international, je trouve que Der Spiegel reste le numéro un incontesté. La maquette peu attractive et l’attention trop grande apportée au texte sont largement compensées par la manière dont les reportages sont élaborés.
C’est précisément cela qui me pousse à envisager l’avenir des magazines avec optimisme. La parole écrite et surtout le journalisme de qualité jouiront toujours d’une haute estime.
Notre défi actuel est bien entendu la Coupe du monde. Cela constitue pour nous l’apothéose d’une année de foot extraordinaire, avec des play-offs au scénario changeant de semaine en semaine. Nous nous employons à aborder la présence des Diables Rouges au Brésil comme toute autre histoire : en cherchant à nous démarquer des journaux et à briser le sentiment de saturation qui existe déjà . à€ un moment où vraiment tout le monde donne son avis, nous avons assigné la mission à nos reporters sur place de surtout enregistrer les faits et de construire leur reportage en se basant sur ceux-ci…

Jacques Sys, rédacteur en chef de Sport/Foot Magazine

– J’achète toujours … des livres en librairie.
– J’écoute… Radio 1 (le matin) et Classic 21 (en soirée).
– Je suis jaloux … des confrères qui font l’info grâce à un solide journalisme d’investigation.
– Je suis surpris … que des rumeurs sans fondement soient si vite véhiculées par les médias, sans que personne ne puisse les arrêter.

Print Friendly, PDF & Email