Surfez sur

WeMedia

Chief editor’s words : Jean-Luc Cambier (Moustique)

Il n’est pas rare qu’un journaliste ayant commencé sa carrière dans un journal décide après un certain temps d’aller travailler pour un magazine. C’est mon cas. J’ai travaillé avec beaucoup de plaisir au quotidien La Dernière Heure, mais que je l’ai quitté à un moment donné pour Moustique. Ce changement tenait moins du souhait d’échapper au stress quotidien que du désir de disposer d’une plus grande liberté à l’égard de l’actualité. Dans un journal, celle-ci dicte constamment sa loi aux collaborateurs, alors que le magazine permet et même réclame de porter un autre regard sur l’information, de l’aborder sous une perspective différente.

Il va sans dire que cette liberté est relative. Chaque numéro doit reconquérir le cœ“ur des lecteurs et il faut donc constamment se réinventer. Mais cela renferme un challenge passionnant : se démarquer des autres magazines ! Je trouve formidable d’être tenu d’exciter la curiosité des lecteurs, de chercher jusqu’à être convaincu que ce que nous allons leur offrir va les surprendre et leur plaire.

J’aime comparer cela à la situation des librairies. Malgré Amazon et consorts, elles ont bel et bien encore un avenir, à condition d’être capables de vendre un livre à un visiteur qui n’avait pas l’intention de l’acheter en entrant. Aujourd’hui, les librairies doivent davantage miser sur ce service qui est un peu un tour de magie, et cela vaut aussi pour les magazines.

La réalisation  » au quotidien  » d’un magazine est un processus fascinant. La même équipe de rédaction construit le magazine pierre par pierre, du sommaire à la couverture. Tout récemment encore, j’ai passé un bon moment à aider une journaliste débutante à peaufiner la retranscription d’une interview. C’est sans doute la tâche que je trouve la plus agréable : aider les journalistes à atteindre une maîtrise totale dans la rédaction d’un article. C’est bien entendu l’avantage que donne l’expérience : on a quelque chose à transmettre. Car, même si les ordinateurs actuels n’ont plus rien à voir avec les machines à écrire sur lesquelles j’ai commencé ma carrière, les techniques de base, elles, n’ont pas changé au fil des années.

Personnellement, je n’écris plus que rarement. S’il y a une bonne résolution que j’aimerais tenir, c’est bien celle de me remettre à écrire régulièrement.

Pour ce qui est de l’avenir des magazines, je suis très confiant. Si l’âge d’or des magazines imprimés est révolu, ce segment de la presse n’a toutefois pas dit son dernier mot. C’est à nous, spécialistes des magazines, de forger cet avenir. Nos contemporains n’ont pas la vie facile : ils travaillent dur, ont parfois du mal à joindre les deux bouts, souffrent de stress… C’est précisément pour cela qu’ils se permettent de temps à autre un  » petit plaisir « , pour lequel ils n’hésitent pas à dépenser de l’argent. Les magazines peuvent offrir ce genre de plaisir.

Notre rythme de vie est de plus en plus effréné. Nous avons tous besoin de faire régulièrement une pause. Les magazines sont synonymes de détente. Ce temps que l’on se réserve à soi-même. C’est selon moi la définition même d’un magazine. Et cette dimension ne cessera de gagner en importance à l’avenir.

Enfin, il est clair que nous devons aussi nous adapter à l’ère numérique. Nous devons tout mettre en œ“uvre pour prouver notre valeur ajoutée, réussir à faire du  » magazine au quotidien « , ce qui est parfaitement possible grâce à l’Internet. Qui sait si le succès de demain ne dépendra pas de la combinaison d’un produit papier hebdomadaire ou mensuel avec cette démarche magazine quotidienne sur Internet ? Et une telle approche n’est pas seulement possible pour un titre comme Moustique, mais peut aussi très bien convenir aux féminins. Le plus important est de rester fidèle à l’identité de sa marque.

Jean-Luc Cambier, rédacteur en chef de Moustique

Envie de lire plus d’interviews de rédacteurs en chef ?

André Lafère (Gael Maison)

Nadine Lejaer (Télépro)

Eric Cloes (Je bâtis, tu rénoves – Je vais construire)

Kristine De Vriese (Royals)

Anne Vanderdonckt (Plus Magazine)

Frederik De Swaef (Story)

Famke Robberechts (Goed Gevoel)

Alain Devos (Autowereld)

Ingrid Fallay (Ciné-Télé-Revue)

Jacques Sys (Sport Magazine)

Danny Ilegems (Humo)

Mia Van der Auwera (Libelle)

Greg Lievens (TV Familie & Blik)

Britt Guetens (La Maison Victor)

Print Friendly, PDF & Email