Surfez sur

WeMedia

Flow Magazine, l’étoile montante aux Pays-Bas

En tant que magazine créatif bourré d’inspiration, Flow Magazine a effectué un bien joli parcours depuis son lancement en 2008. Deux ans après, le titre enregistrait déjà un tirage vendu de 62.470 exemplaires pour la Belgique et les Pays-Bas, dont à l’époque 9.313 chez nous. Début 2014, le chiffre global avait grimpé à 70.642 exemplaires. Ajoutez à cela aussi les 100.000 exemplaires vendus par édition allemande en guise d’extrême parmi les sept éditions internationales.

 » Nous osons travailler à l’instinct pour créer un magazine original qui ne doit pas absolument répondre aux lois des concepteurs de magazines ‘», explique Astrid van der Hulst, directrice créative. Le titre de sa fonction n’est pas un hasard, car sa collègue Irene Smit et elle n’ont pas voulu être des  » rédactrices en chef ancienne formule « .  » Beaucoup de magazines traitent des tendances. Ce qu’il faut porter, ce qu’il faut voir, où il faut faire son shopping. Nous non. Nous avons voulu créer un magazine qui ne vous impose pas grand-chose. Nous avons pour thèmes la philosophie, la psychologie positive, les petits bonheurs, d’autres manières de réfléchir à la vie.  »

Cette approche n’empêche que Flow cherche bel et bien à être une vraie marque. Avec des spin-offs étrangers, déjà évoqués –  » Bientôt nous étudierons même les possibilités au Japon « , révèle van der Hulst –, mais aussi avec la diversification qui s’impose. En ligne, du nouveau contenu paraît chaque jour, complété d’un webshop, d’une appli pour tablettes (67.216 téléchargements), d’une page Facebook (71.255 j’aime), d’un compte Twitter (22.782 followers) et d’une présence sur Instagram (24.000 followers). Hors ligne, Flow se décline en éditions spéciales, en un Flow Weekly hebdomadaire (un magazine doublé d’un petit cahier), du papier à lettres, des agendas, des feuilles de timbres, des calendriers ou des livres pratiques.

 

Au sein de l’approche multimédia de Flow, le papier reste absolument primordial pour exprimer la créativité contenue dans l’ADN de l’enseigne. Ainsi, dans une seule et même édition, Flow se plaît à varier les types de papier.  » Beaucoup de magazines ne voient le papier que comme un support prêt à recevoir des lettres imprimées. Le papier peut prendre la forme d’un pop-up, se plier, être un cadeau, une affiche ou une carte postale. C’est chouette de toujours imaginer et réaliser de nouvelles choses avec le papier « , conclut Astrid van der Hulst.

Lisez aussi l’article sur sur Flow et le storytelling.

Print Friendly, PDF & Email