Surfez sur

WeMedia

La colonne de Bruno : Après Sorrell, Hurman

Je puis comprendre qu’en tant que financier, Sir Sorrell n’ait découvert que sur le tard l’importance de l’engagement dans l’élaboration d’un plan média, mais c’est très bien quand même.

Donc non, un reach optimum et un coût-contact faible ne sont pas suffisants pour une bonne campagne, partie médiatique s’entend. La  » share of attention  » est essentielle, surtout à une époque de sur-saturation en communications de tous genres, augmentée si l’on peut dire par des propositions assez faibles de la part des marques. Le tout sans parler de la créa’, qui n’est pas le propos ici.

Je voudrais citer un vrai publicitaire cette fois, pour mieux comprendre ce troisième principe de l’équation, l’implication : James Hurman. J’ai eu le grand bonheur de faire sa connaissance lors d’un jury à Cannes, le premier dédié à l’Effectiveness, une aventure en soi :  » Nobody reads advertising. People read what interests them, and sometimes it’s an ad.  » Cette citation extraite de son bouquin (The case for Advertising) résume bien la situation. Tout est question d’implication, et pas au média ! Mais au touchpoint.

Pour rebondir sur les propos du patron de Wire & Plastics Products, rien ne dit qu’une longue exposition à la TV garantit une exposition impliquée aux breaks pub ! Ni qu’une exposition brève ne serait pas justement synonyme d’attention. Et les études prouvent que la majorité des formats  » display  » ne sont même pas vus par l’œ“il. En revanche, après le click éventuel, l’engagement est total…

Et oui, d’autre études prouvent que la presse en général, et certains types de magazines en particulier – lisible sur tablette ou dans leur forme la plus ergonomique (le papier, eh oui !) – sont associés à une attention soutenue. Comme l’indique Hurman, les annonces comme le reste seront lus en fonction de leur intérêt pour le lecteur-consommateur. A ce sujet, contextualiser quelque peu ces annonces en fonction du profil des lecteurs et des magazines serait bienvenu pour plus d’implication encore. Ce touchpoint est en tous cas idéal pour solliciter un individu. Et pas besoin de cliquer ou d’uploader.

Bruno Liesse, Managing Director.

Looking for more articles by Bruno Liesse ?

Les tablettes en papier du B-to-B

Dis-moi ce que tu lis…

La presse périodique, des prises en mains rentables

Les magazines sur leur vague

Print Friendly, PDF & Email