Surfez sur

WeMedia

La colonne de Bruno : Dis-moi ce que tu lis…

… Je te dirai qui tu es. La phrase est bien sûr un peu facile, mais s’agissant des périodiques, elle recouvre une vérité très concrète. La diffusion authentifiée par le CIM concerne plus de 300 publications, auxquelles il faut ajouter un grand nombre de périodiques dont le volume vendu est trop ‘« ciblé ‘» ou qui ne correspondent pas à certaines normes et conditions. En attendant, ils sont lus. C’est également le cas des titres professionnels ou de certains suppléments gratuits, par exemple. Nous sommes donc loin de l’offre des autres médias, qui se présente comme nettement plus concentrée, à l’exception bien entendu du Web. Et encore, à la lecture des principales audiences, il semblerait que la règle des 20/80 soit de mise, et qu’une poignée de sites de magazines s’attire la majorité du volume, le reste se répartissant dans une galaxie incroyable d’URL’s. Donc, les magazines répondent de façon très diversifiée aux multiples besoins fonctionnels ou plus oisifs des différents segments d’individus.

C’est un peu le Direct Marketing des médias de masse : cette phrase-là est de moi, et se fonde sur les profils chaque fois différents par titre, permettant des ciblages très pertinents – soit pointus, soit larges – et dont les calculs de sélectivité nous sont servis assez efficacement par l’étude tactique Presse. Toutes les thématiques y passent, tous les besoins s’y retrouvent, et dans certains cas il vous sera même loisible d’avoir accès à une partie de la base des abonnés ou de la distribution. Ou de créer des synergies comme dans le cas d’actions créatives et departenariat ou de ‘content’ avec les différentes plateformes d’un titre identifié comme au cœ“ur de votre cible. à‰videmment, nous serons plutôt ici dans une logique qualitative et ‘focus’, au coût contact élevé mais à l’efficacité attendue aussi élevée. A l’opposé, des segments larges comme les groupes sociaux supérieurs ou les femmes peuvent s’embrasser par une sélection complète de titres correspondants : le reach n’aura rien à envier aux autres médias, et l’implication à la lecture comme la mémorisation et l’attribution se situent même au-dessus des benchmarks. Le quali et le quanti ne se contredisent pas.

Bruno Liesse, Managing Director.

Envie de lire la colonne précédente de Bruno Liesse ? Cliquez ICI.

Print Friendly, PDF & Email