Surfez sur

WeMedia

La publicité magazine peut être bien plus interactive

Une bonne nouvelle pour les annonceurs. D’autant plus qu’il s’avère aujourd’hui qu’auprès de cette cible intéressante, la publicité numérique fait au moins aussi bien que les annonces print. La vidéo surtout stimule l’interaction avec les marques.

Les conclusions concernant le comportement numérique proviennent du dernier rapport  ‘Proof of Performance’ de la FIPP, la fédération internationale  de la presse périodique. Sur base du matériel de recherche collecté, le rapport dresse la carte du comportement de lecture et de l’effet publicitaire. Dans un précédent article, nous avions déjà creusé le thème du comportement de lecture. Dans celui-ci, nous nous intéressons de plus près aux annonces dans les magazines numériques. Dans ce contexte, le rapport distingue trois types d’annonces : celles reprises telles quelles de la version print (SFP – Straight From Print), celles qui ont été adaptées pour améliorer leur lisibilité sur tablette (DFT – Designed For Tablets) et celles qui exploitent les atouts interactifs spécifiques liés à la lecture sur tablette (EFP – Enhanced For Tablets). Nous relevons quelques conclusions frappantes du livret, qui sortira bientôt.

1. Le print et les formats digitaux offrent une performance comparable : l’attitude positive face à la publicité magazine vaut tout autant pour les éditions numériques. Le digital obtient un score légèrement supérieur en matière d’information, de conversation et d’innovation, tandis que le print excelle en termes de passe-temps, de plaisir et d’utilisation pratique.

2. Les annonces numériques poussent plus souvent les lecteurs à l’action (70 % vs. 59 % pour le print). Les démarches le plus souvent effectuées dans ce cas sont le click-through (43 %) et la visite du site (37 %).

3. L’interactivité, et plus précisément la vidéo, est une appli mortelle pour les annonces numériques. En moyenne, le temps de vision d’une annonce tablette avec vidéo est plus long de 87 % comparé à celui d’une annonce statique.

4. Pourtant, la vidéo est toujours trop peu présente : 1 % seulement des annonces contiennent de la vidéo, tandis que, tout comme d’autres applications, la vidéo incite près d’un consommateur sur trois à agir.

5. Plus l’interaction est grande, plus les consommateurs agissent. Les annonces comprenant plusieurs applications interactives génèrent plus d’engagement.

6. Enfin, l’étude relève aussi la complémentarité avec le print. 85 % des lecteurs digitaux estiment que le message passe mieux et que l’on est plus enclin à acheter lorsqu’une annonce paraît tant par voie numérique que sur papier.

Découvrez le rapport complet. Le 4 novembre, un webinar sera organisé sur PoP2. Le contenu y sera passé en revue en un peu moins d’une heure.

Print Friendly, PDF & Email