Surfez sur

WeMedia

La réalité augmentée est particulièrement efficace (selon Mindshare)

Le potentiel de la réalité augmentée (RA) est énorme, écrit Mindshare Futures dans le nouveau rapport ‘Layered’ (en collaboration avec  Zappar et Neuro-Insight), et le moment de sa grande percée est arrivé. Il s’avère qu’une petite partie des gens seulement connaissent ou utilisent la RA (27 % au Royaume-Uni), mais l’étude approfondie de Mindshare et de ses partenaires révèle que son impact neurologique peut être énorme (+70 % de souvenir). La réaction émotionnelle aussi est puissante, notamment au sein des cibles plus jeunes.

Découvrez ici : Bill Gates, Bono et la RA dans la nouvelle édition de TIME

Des tests avec la RA font apparaître que, comparée à la moyenne en télévision et lors de la navigation en ligne, l’attention pour ce type de contenu est supérieure de jusqu’à 45 %. Cette efficacité serait due, en partie, à la nouveauté et l’aspect innovant de la RA, comme c’est le cas pour toute nouvelle application. A la lumière de tels chiffres élevés, l’effet réel est cependant indiscutable.

Scale of immersionLa RA est la technologie qui sous-tend Pokémon Go, Google Lens et les filtres de Snapchat, mais cela fait aussi des années qu’on l’applique avec bonheur dans le média magazine (lire aussi : La RV : hype ou affaire lucrative ?). Tout a commencé avec l’essor des smartphones en 2007. Désormais, le scannage de codes QR et autres est à la portée de tous et d’innombrables expériences ont vu le jour. Maintenant que la RA s’est développée davantage, le temps semble être venu pour qu’au sein du marketing la technologie soit acceptée et appliquée plus largement.

Facebook aussi fait des progrès dans le domaine de la RA. L’entreprise a récemment dévoilé son application RA pour Messenger (1,3 milliards d’utilisateurs), qui jusqu’à présent peinait à convaincre les annonceurs et à augmenter la rentabilité. Le premier annonceur ayant exploité les nouvelles possibilités RA est le détaillant de produits cosmétiques Sephora, qui invite les utilisateurs à essayer des produits de maquillage par voie virtuelle.

Est-ce que 2018 sera l’année de la RA ?

Selon Mindshare, Zappar et Neuro-Insight, oui. Dans le rapport, ils évoquent trois raisons :

  1. Les géants technologiques préparent le prochain glissement de plateforme. Avec le lancement d’ARKit d’Apple et d’ARCore de Google et un accès plus large à d’autres outils de développeur RA, comme Lens Studio de Snap et ZapWorks, on peut s’attendre à une vague d’innovations liées à la RA.
  2. A l’heure où la technologie se voit intégrée dans une série d’applis et de plateformes, les expériences en RA sont devenues plus accessibles. Les gens peuvent y accéder de différentes façons, en fonction de leurs besoins.
  3. Les gens sont prêts. Grâce à des expériences antérieures, aussi limitées et inconscientes fussent-elles, ils se sentent plus à l’aise face au phénomène d’une strate virtuelle supplémentaire ajoutée à la réalité. Dans l’utilisation de leur smartphone, ils commencent même à s’y attendre partiellement.

Les jeunes ont déjà plus d’expérience avec la RA (60 % vs 27 %), ont une réaction émotionnelle plus forte et embrasseront donc sans doute plus rapidement les applications. En règle générale, l’effet important sur le souvenir à long terme (+70 %) révèle un potentiel au niveau du changement de comportement. Il existe une forte corrélation entre la réaction mnémonique et le comportement et les décisions d’achat, disent les chercheurs.

Source : WARC, Mindshare

*Après une étude qualitative, les partenaires ont interrogé 1.000 utilisateurs de smartphone et scanné le cerveau de 150 d’entre eux.

Sur le même sujet :