Surfez sur

WeMedia

Les éditeurs français font bloc contre les bloqueurs de pub

Il semblerait que dans la lutte contre les bloqueurs de publicité (ou adblockers), la façon dure soit la meilleure. Pas de gants de velours pour les éditeurs français, qui de commun accord ont testé diverses stratégies pour protéger leurs revenus publicitaires. Allant du déni total d’accès au contenu à des tentatives de persuasion de désactiver le bloqueur de publicité.

Il s’est avéré que les changements de comportement sont surtout le fruit d’une approche draconienne plutôt que suppliante : pour une publication sportive, le blocus total a engendré 40 % de désactivation d’adblockers. Comme on a déjà pu le voir suite aux initiatives allemandes (cliquez ICI pour l’article sur Gruner + Jahr), le taux de succès dépend aussi du type de public de la marque média : certains groupes présentent une utilisation plus consciente de bloqueurs de publicité que d’autres et seront donc moins enclins à céder. Ces différences de publics sont une des raisons pour lesquelles les éditeurs français n’ont pas opté pour une même approche pour tout le monde.

Le test a clairement révélé que plus la plus-value est claire aux yeux des lecteurs, plus ceux-ci seront prêts à désactiver les adblockers lorsqu’on les met sous pression. Selon une étude Ipsos, 33 % des utilisateurs Internet français ont installé un bloqueur de publicité.

L’action des éditeurs comprend aussi un nettoyage de leurs sites, et ce dans le but de proposer plus d’annonces de qualité, à la fois plus pertinentes et moins intrusives. Ce faisant, ils assument leur responsabilité en vue de limiter l’irritation chez les visiteurs. Les éditeurs prévoient d’autres actions dans le cadre de la lutte contre les adblockers.

Source : Digiday 

Print Friendly, PDF & Email