Surfez sur

WeMedia

Parfois, le papier peut tout simplement faire plus: part 2

INSPIRATION 1 – Plantez donc un Humo

Au printemps 2012, Humo et le fournisseur d’énergie Lampiris ont uni leurs forces en vue de créer le premier magazine à planter au monde. La couverture Humo, imprimée à l’encre biodégradable, était constituée de deux couches de papier de soie entre lesquelles étaient collées, à l’aide de fécule de pomme de terre, huit différentes graines de fleurs. Les lecteurs ayant planté la couverture voyaient apparaître des fleurs des champs après une semaine déjà . Via le livestream Facebook, on pouvait ensuite suivre la croissance des fleurs et uploader des photos de son parterre.

Découvrez ici comment planter un Humo.

 

INSPIRATION 2 – International

 

Dans les pays aux tirages de magazines importants, les exploits techniques avec le papier sont souvent encore bien plus extrêmes, comme en témoignent les quelques exemples ci-dessous. Ce qui ne signifie pas nécessairement qu’ils entraînent tous des frais démesurés.

Forbes a intégré un mini routeur permettant des connexions WiFi dans une annonce pour Microsoft 365. Une expérience utilisateur instantanée via le papier.

Autre trouvaille techniquement fort ingénieuse : le catalogue flottant du constructeur aéronautique brésilien Embraer. A l’aide d’aimants contraires, on pouvait faire flotter le catalogue au-dessus d’une plate-forme.

Le son et l’image via le papier, voilà en substance l’initiative baptisée The Office Turntable. Avec son GSM et grâce à un code QR, on peut écouter du ‘vinyl’ sur la platine tourne-disque en papier.

Aux Etats-Unis, on a eu une idée comparable à celle de HUMO et Lampiris. Highlights Hello, un magazine pour les parents, y a utilisé une encre au soja non-toxique sur du papier durable et, surtout, lavable.

Un autre magazine, Corporate Knights, s’est servi d’un papier à base de déchets agricoles en guise d’alternative au papier recyclé traditionnel. Ce qui prouve que les magazines numériques ne sont pas les seuls à épargner les arbres.

 

INSPIRATION 3 – Le média magazine au mieux de sa forme

Comment au mieux braquer les projecteurs sur un produit dans une catégorie qui souffre d’un manque d’implication notoire de la part du consommateur ? En misant sur du contenu haut de gamme, a-t-on pensé chez Haymarket Media Group, éditeur, entre autres, d’une série de magazines automobiles. Pour aider Dunlop, Haymarket a fait appel à trois de ses titres : Autocar, Piston Heads et Classic & Sports Car Magazine. Etaient à chaque fois au programme : print, on-line, vidéo et événements.

Le point de départ était la ‘pure driving experience’, l’expérience de conduite la plus unique qu’un fana du volant ait jamais vécue. Les journalistes des magazines étaient amenés à transmettre une telle expérience, capturée en vidéo (avec les pneus bien en vue, évidemment). Au total, il y avait huit vidéos, accompagnées de ‘The story of the shoot’ dans le magazine.

Via la rubrique ‘My dream drive’ sur le site, les membres de la communauté était alors invités à évoquer leur plus belle expérience. Enfin, des événements étaient mis sur pied permettant aux fanas de voitures de se rencontrer et d’entrer en contact avec Dunlop.

La collaboration a donné d’excellents résultats : les cinq vidéos les plus visionnées sur les sites Haymarket étaient des clips Dunlop. En outre, il s’est avéré que l’implication des lecteurs dans la marque de pneumatiques avait fortement augmenté.

Print Friendly, PDF & Email