Surfez sur

WeMedia

Rester pertinent aux yeux des Millennials et de la Gen-Z: voici comment faire !

Ça existe bel et bien : des magazines qui prennent pour cible primaire les femmes des générations Y et Z. Mieux encore : certains ont le vent en poupe ! Depuis belle lurette, les marques magazine ne se limitent évidemment plus aux papier et à l’encre. Les possibilités de rallier à leur cause les cibles ‘jeunes’ sont dès lors légion.

 A lire aussi : Quelle est exactement la différence entre Millennials et GenZ ?

Comment, en tant que magazine, conserver sa pertinence envers les jeunes femmes ? Comment survivre à la concurrence avec les médias sociaux et numériques ? Un nom connu peut-il être un avantage quand on est une marque réputée, fondée en 1886 (non, ceci n’est pas une faute de frappe) ? Ou, justement, un handicap ?

Le magazine de grand-mère, toujours pertinent

Chez Cosmopolitan, on sait en tout cas (depuis 1886) comment y aller à pleines voiles pour satisfaire cette cible exigeante avide de multimédia. Cosmopolitan est vraiment un nom établi, c’est évident. Quand la cible est constituée de jeunes femmes ambitieuses dans le vent, cela pourrait aussi s’avérer un inconvénient : leur arrière-grand-mère le lisait déjà.

Cosmo early edition

Cosmo prouve qu’il est possible de satisfaire les jeunes générations aussi. La stratégie vise à faire croître son public de femmes des générations Y et Z en étendant les activités d’e-commerce, dixit la rédactrice en chef Jessica Pels de Hearst Magazines. Et ça semble porter ses fruits : entre janvier et octobre 2020, le nombre total de produits vendus via l’e-commerce a augmenté de 254 %.

Expériences inédites et croissance de marque

Cette augmentation peut être attribuée en grande partie aux lancements de produit et initiatives ‘affiliés’ mis sur pied cet automne par Cosmo, dit Hearst. Le focus reste toujours sur les produits clés : le site web, le magazine et les médias sociaux.  Pour Cosmo, 2020 s’est par ailleurs inscrit sous le signe du développement de nouvelles expériences à la mesure des lecteurs, promettant de la croissance pour la marque.

En août 2019, l’enseigne avait aussi déjà lancé un parfum : Eau de Juice. Autres initiatives notables parmi d’autres : une nouvelle licence produit de vins de marque, un événement de shopping sur deux jours axé sur la croissance des activités ‘affiliés’ et le lancement d’une boutique de merchandising proposant des T-shirts, des puzzles et des sacs.

36 millions de verres de vin par semaine

Le vin Cosmo est la plus grande extension de marque biologique au monde, tout simplement parce que la démographie des jeunes dégustatrices de vin est énorme, dixit la rédactrice en chef.  Selon une étude, les lectrices de Cosmo boivent 36 millions de verres de vin par semaine et les 30 derniers jours elles ont dépensé 170 millions de dollars en vin. Comme le nom de la marque est également un cocktail populaire, aux yeux de Cosmopolitan le vin s’est profilé comme une extension naturelle.

Les licences de produit mises à part, les activités ‘affiliés’ de Cosmopolitan sont aussi en plein essor, notant une augmentation de 288 % sur base annuelle pendant la crise du corona. Du coup, les revenus ‘affiliés’ de la période des fêtes en 2019 ont été surpassés, selon Digiday.

Journée de shopping internationale

Dans la lutte contre Amazon Prime Day et Black Friday, Cosmo a organisé, au mois d’août de cette année, son premier événement de shopping baptisé ‘Hauliday’. L’événement s’est déroulé sur deux jours et offrait des réductions chez 100 détaillants différents. Compte tenu du succès rencontré, le partenaire événementiel Klarna a déjà annoncé son parrainage d’une série étendue d’événements de shopping Hauliday.

Cosmopolitan Hauliday

En 2021, on annonce une version printemps et été de Hauliday qui aura aussi lieu en Europe sous l’auspice des éditions internationales de Cosmopolitan. Une journée de shopping mondiale a toujours fait partie intégrante de la vision de Cosmo, fait savoir Hearst.

Source : Digiday 

Print Friendly, PDF & Email