Surfez sur

WeMedia
New Year Greeting card

2019 en citations du site web Magazine Media (part 2)

Traditionnellement, la fin de l’année est l’occasion de jeter un œil en arrière, de s’attarder un bref instant sur ce qui s’est passé et ce qui a été réalisé. Que laissons-nous définitivement derrière nous en 2019 ?  Qu’emportons-nous pour 2020 ? Dans un premier volet (que vous pouvez lire ici), nous avions déjà proposé un florilège de citations tirées de notre foule de chroniques et interviews. Dans ce second volet, nous faisons le bilan des événements qui ont balisé 2019.

L’équipe Magazine Media et WE MEDIA vous souhaite une année 2020 magnifique, pleine de joie et de beauté !

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucun propos intéressant en 2020.

BATIBOUW

« Nous constatons que les gens achètent ce type de magazines en guise d’inspiration », dit-elle pour motiver le choix. « Ils en déchirent des pages, les rangent dans un ‘classeur d’inspiration’ et s’en munissent pour rendre visite à leur architecte. » Véronique Bouvy, Brand Manager chex Velux

« Pourtant, nous optons aussi volontairement pour les magazines, même si là nous abordons les choses de façon un peu différente. Nous cherchons alors vraiment à générer une ‘stopping power’. » Paul David, Brand & Marketing Director chez Eggo

« Nous devons à notre marque d’aussi élever notre communication à un niveau supérieur. Ce n’est pas un hasard si en outre nous référons à notre site Web, car nous constatons que les campagnes dans les médias traditionnels, en radio comme en print, font invariablement exploser nos chiffres visiteurs. » Peter Ottevaere, Reynaers Aluminium

StuMPA

Simon Pyson « Si vous croyez vraiment en une idée, tournez-la dans tous les sens jusqu’à ce que vous parveniez à la vendre. Si vous ne le faites pas, vous rencontrerez une autre version de votre idée à Cannes, mais qui sera meilleure. Regardez donc ma participation au StuMPA et puis la pee ad d’Ikea et vous comprendrez de quoi je parle… » Simon Pyson, StuMPA lauréat 2017

« Certains aspects du print – comme son aspect tactile – sont inégalables en ligne. Le print n’est pas mort. » Sahra Marly, StuMPA lauréat 2015

« C’était une belle expérience, et une chance à l’époque de pouvoir participer aux Lions. Voir ce qui se fait de meilleur dans le milieu de la pub, ça ouvre l’esprit et vous rend plus créatif. » Maxime Siquet, StuMPA lauréat 2014

And the winners are… StuMPA 2019 : les gagnants !

MAGnify

« Avec les magazines, on décide soi-même de son propre algorithme. Les autres médias, on les consomme plutôt d’une façon linéaire, tandis qu’un magazine, on le prend entre les mains, pour ensuite le poser et le refeuilleter plus tard… » Nancy Detrixhe, Research Manager, MMA

Danny-Devriendt « Un des instigateurs de cette situation est la majorité silencieuse. Si celle-ci se rebellait, le problème serait bien moins important. Je ne parle alors pas seulement du lecteur silencieux, mais aussi du journaliste silencieux, et de l’annonceur silencieux. » Danny Devriendt, Managing Director, IPG/Dynamic

« Ces plateformes américaines captent entre 80 et 90 % de la croissance. Ce déséquilibre complique le financement de l’information et pose des questions d’éthique et de qualité de l’information. » Yves del Frate, CEO, CSA

Zoe van Gastel« Magazines doivent oser lâcher en partie le contrôle. Un influenceur doit pouvoir proposer le contenu à sa façon, avec le ton qui lui est propre. C’est cette approche créative qui fait que ça fonctionne. » Jeroen Naudts, chercheur, Arteveldehogeschool

« La terre est-elle plate ? » Vidéo de la session sofa avec Danny Devriendt, Eva Van Driessche, Ruben Ceuppens, Zoë van Gastel, Harry Demey

Bonne Année !

New Year Greeting card

2019 en citations du site web Magazine Media

Traditionnellement, la fin de l’année est l’occasion de jeter un œil en arrière, de s’attarder un bref instant sur ce qui s’est passé et ce qui a été réalisé. Que laissons-nous définitivement derrière nous en 2019 ?  Qu’emportons-nous pour 2020 ? Nous espérons que ce florilège de citations tirées du site Web de Magazine Media vous aidera à y voir clair.

L’équipe Magazine Media et WE MEDIA vous souhaite une année 2020 magnifique, pleine de joie et de beauté !

Inscrivez-vous ici à notre newsletter et ne ratez plus aucun propos intéressant en 2020.

Portrait Vanessa SanctorumQuelles sagesses nos chroniqueurs ont-ils partagées avec vous en 2019 ?

« Quel est donc la caractéristique la plus importante d’un media planner à l’heure actuelle ? L’audace. » Vanessa Sanctorum, Strategy Director, Havas Media

« Les magazines seront toujours nantis de cette USP exclusive : le fait d’offrir des moments de qualité à leur lectorat bien-aimé. » Max Brouns

« Positionnement, respectabilité, expertise, rayonnement, … Pour atteindre leur objectif, les géants du Net font tourner les rotatives. En plein dans l’ère de la dématérialisation et de l’émergence d’une génération qui préfère l’usage à la propriété. » Vanessa Sanctorum, Strategy Director, Havas Media

Portrait Sam De Win » Mais comment créer ce contenu de qualité malgré la baisse des revenus des annonceurs ? Avec un paywall ! Vous pouvez compenser en partie la baisse des revenus publicitaires et en tant que magazine, vous obtenez financièrement plus de pouvoir pour produire un contenu intéressant et de qualité. » Sam De Win, Creative Director, Prophets http://www.magazinemedia.be/fr/la-chronique-de-sam-de-win-les-difficultes-numeriques/

« Les magazines ne deviennent-ils pas des produits de plus en plus luxueux ? Non seulement à cause de l’aspect « objet collector », mais aussi à cause du contenu, de la forme et du nombre de pages (Formidable, n’est-ce pas, « Feeling Wonen » ?). » Bart Lombaerts, Spyke

Les experts média belges se sont aussi fait entendre en 2019 :

Portait Marijke Haccour - Zigt« Il est clair que la qualité est redevenue un sujet brûlant chez l’annonceur. Celui-ci ne souhaite pas uniquement créer du reach, il veut avant tout disposer du bon contexte et là, le média magazine a bien sûr l’avantage. La qualité des magazines ne fait pas le moindre doute. 2019 pourrait donc bien devenir une année charnière pour les éditeurs de magazines. » Marijke Haccour, Zigt Media

« Au fil du temps, les magazines ont cependant suffisamment démontré que si l’on prend de l’espace publicitaire dans leurs pages, cela paie. » Luc Gueury, Print & Cinema Director chez Space http://www.magazinemedia.be/fr/un-expert-media-au-sujet-du-media-magazine-en-belgique-luc-gueury/

« Nous sommes persuadés qu’il est possible de monétiser le contenu en ligne. Pour cela, il faudra évidemment disposer de capacités techniques, car il faut veiller à ce que ce soit hyper simple pour votre lecteur de payer. Ça ne peut pas être un seuil. » Thierry Hottat, Marketing Manager Advertising chez Produpress

» Nous sommes nettement mieux reçus qu’avant par les rédactions ! Tandis que maintenant, les relations sont nettement plus ouvertes et souples. Tout le monde est désireux de trouver une solution « Edmond Arnoys, Print Planning Ad Operations Manager, IPM 

Lara Chammah, Roularta Media » J’ai opté pour une régie magazines parce qu’elle renferme une bonne base de données. Nous savons qui se tient derrière le contenu, qui le consomme, et nous pouvons ainsi proposer des solutions à 360°. Il reste encore beaucoup à réaliser ici. » Lara Chammah, Expert Programmatique, Roularta Media

» Bien sûr, nous ne sommes pas aveugles au déclin du marché. Nous essayons de traiter cela de manière créative, par exemple en laissant les magasins de journaux s’engager à livrer aux autres points. La croissance des ventes de ces magasins prouve que cela en vaut la peine. » Steve Desmet, Sales Manager de ventes au numéro, DPG Media

Antoinette RibasTout comme les experts belges dans le domaine de la publicité et du marketing :

« Cela peut être le début d’une histoire formidable. Le print est statique, mais de ce fait aussi moins intrusif que le digital. Il offre l’occasion de s’adresser aux gens de façon concise, mais néanmoins puissante. J’en suis convaincue. » Antoinette Ribas, Art Director, DDB

« Cette génération a grandi avec des vlogueurs et estime que les gens sont plus importants que les marques. Les marques et les magazines doivent s’inspirer de l’envie des jeunes de tout essayer. Les expériences priment sur les expériences produit.  » Joeri Van den Bergh, Managing Partner d’InSites Consulting

«Rien de plus idiot que de recevoir une promo pour des chaussures qui ne sont plus disponibles à votre taille, de se faire appeler ‘cher Monsieur’ quand on est une femme ou de devoir à chaque fois réintroduire les mêmes coordonnées ou informations de paiement. » Pieter Baert, Innovation Lead, bpost Future Lab

« Les jeunes créatifs sont comme des couteaux suisses. Car ils doivent être créatifs, mais ils doivent aussi être des designers, des photographes et des community managers. » Isabelle Hubinon, Helha

Ludovic Lenaerts « Les influenceurs qui, une semaine, vantent les mérites d’un produit de la marque X et, la semaine suivante, ceux d’un produit similaire de la marque Y, ça ne m’enthousiasme pas. Il est évident que ça ne fonctionne pas. » Ludovic Lenaerts, Head of Influencer Marketing chez DPG Media

« L’idée et la réalisation prévaudront toujours. Qu’il s’agisse d’une publicité classique dans un journal ou d’une innovation technologique complexe : un travail basé sur une idée solide, nouvelle, pertinente pour l’annonceur et magnifiquement exécutée, sera récompensé. » Michiel Baeten, mortierbrigade et membre du jury Eurobest 

Et comme toujours, notre site Web a aussi prêté toute l’attention requise aux propos tenus à l’étranger :

« I guess the three biggest areas we’ll be watching 2019 are : i) voice; ii) AI; and, iii) blockchain. » James Hewes, CEO of FIPP

« Les marketeurs doivent impérativement se mettre à réfléchir à  » un monde sans publicité » , dixit Marc Pritchard, Chief Brand Officer.

« Du point de vue d’une agence, il ne faut pas contempler un canal de façon trop limitée dans un silo. Pour chaque annonceur, les magazines consommateurs opèrent au sein d’un système de communication et c’est à partir de cette vision que nous devons planifier les campagnes. Dans ce contexte, la raison première pour investir dans les magazines est rarement l’audience ou l’échelle. » Jamie Higginson, Director, Mediacom

Tant le groupe de la Génération Z (18-24) que le groupe d’âge jusqu’à 35 ans ont commencé à lire plus via les canaux imprimés. La croissance est plus forte que chez les gens dans d’autres catégories d’âge. Le glissement tant annoncé vers la lecture digitale chez les jeunes ne s’est donc pas manifesté et on peut plutôt parler d’un revirement vers le print. ReThink Ink, Wardour

Là où l’off-line est garant de plus de deux tiers (71 %) de l’efficacité, les annonceurs n’ont jamais autant investi dans les médias numériques qu’aujourd’hui (41 %). Il y a donc un écart de pas moins de 12 % entre l’efficacité perçue et la part des investissements. CSA 

Bonne Année !

2019 sera une bonne année et ce, pour la raison suivante…

2018 s’est avéré une année intéressante pour les médias, surtout pour le média magazine. Petit à petit, on a entendu toujours plus d’échos de la part des agences et des marketeurs comme quoi le pendule est allé trop loin (lire aussi : Nous devons retrouver un équilibre) dans le sens des médias numériques et sociaux. Il y a une demande indéniable de revalorisation des marques média établies, qui ne fera que s’amplifier en 2019. C’est aussi une des raisons alléguées par PwC pour expliquer pourquoi 2019 sera une bonne année pour le secteur des médias et de la publicité.

Comparé aux années précédentes, les marques média établies se montrent sous un jour plus positif et cela entraîne de meilleurs résultats pour le média magazine comme pour la télévision, la radio et les marques d’information. Différentes études, dont celle d’Ebiquity, ont mis à jour l’an dernier à quel point les annonceurs et les agences sous-estiment les médias établis. Mark Ritson l’a exprimé comme suit : « They don’t care about the data. » Il semblerait tout de même que cela ait eu un certain effet : en août dernier, le Royaume-Uni a rapporté pour la première fois en sept ans une augmentation du chiffre d’affaires tiré de la publicité imprimée.

Preuves ou partis pris?

À l’image de Ritson, PwC exhorte le secteur de considérer les preuves et de ne pas se laisser mener en bateau par les propres partis pris. C’était aussi le message véhiculé par l’étude récente de l’UBA et BD myShopi, qui a démontré comment les marketeurs et les agences projettent leurs propres modes de consommation atypiques sur leurs publics cibles .

La dernière édition en date du rapport Reuters annuel ‘Journalism, Media and Technology Trends and Predictions 2019’ signale les grandes tendances suivantes :

  • les abonnements et affiliations joueront un rôle de premier plan pour les entreprises média (notamment en matière d’information). Plus de la moitié des répondants s’attendent à ce qu’en 2019, ils constitueront le gros des revenus ;
  • le secteur perd patience avec Facebook et redirige son attention, entre autres vers Google (87 %) ;
  • les gens sont de plus en plus conscient du temps qu’ils perdent en ligne, ce qui fait qu’ils attachent une importance accrue à des contenus porteurs de sens et des outils de détox digitale  De plus en plus de consommateurs se détourneront aussi des réseaux sociaux cette année ;
  • les plateformes devront intensifier leur lutte contre la mésinformation et la désinformation (lire aussi : Tendances en matière de fake news), avec comme défi supplémentaire les réseaux et groupes de communautés fermés, plus ardus à contrôler et à suivre ;
  • la confiance est et restera un thème majeur en 2019. Le premier scandale en matière de protection de la vie privée a déjà éclaté avec la fuite de millions de mots de passe de comptes sur Internet ;
  • les paywalls sont omniprésents et suscitent une contre-réaction : les logiciels de contournement des paywalls, permettant aux consommateurs de se procurer un accès illicite à des contenus de qualité. Les gens risquent de se détourner de l’information parce que l’accès est limité.

La transparance comme USP

La bonne nouvelle pour 2019, c’est – assurément – que les sociétés adtech semblent se rendre compte que la transparence peut engendrer un avantage commercial. L’année dernière a été placée sous le signe du ‘digital swamp’ de Marc Pritchard, avec moult scandales, cas de fraude et atteintes à la vie privée. La transparence semble aujourd’hui se muer en proposition, avec laquelle certaines sociétés se démarquent. Il conviendra de patienter pour voir comment cela évoluera dans la pratique, mais la tendance est positive. (Lisez aussi : Excellents chiffres de visibilité… des éditeurs Belges)

Une citation tirée du rapport Reuters ‘Journalism, Media and Technology Trends and Predictions 2019’ :

« It is a crucial year [in which] social media platforms have to prove they care about the truth and about paying for serious journalism, or be properly forced to do both by regulation. »
Ben De Pear, Editeur, Channel4 News, Royaume-Uni

RGPD en 2019

Et qu’en sera-t-il du RGPD en 2019 ? Selon PwC, les marketeurs et les entreprises média commencent tout doucement à se faire à la nouvelle réalité. Bien sûr, la réglementation n’a pas encore pu montrer son vrai visage, puisque son implémentation vient à peine d’être lancée. Le monde du marketing commence cependant à trouver son petit bonhomme de chemin et découvre de nouvelles opportunités dans le dédale des restreintes, tel que le marketing personnalisé basé sur de la data entièrement anonymisée.

Un autre développement prédit par PwC pour 2019 porte sur une meilleure relation entre annonceur et agence (média et de publicité). La confiance entre les deux parties est au plus bas et sera certainement en hausse dans les mois à venir, selon les initiés. De plus, il se pourrait bien que dans la lutte pour le programmatique les agences l’emportent sur les annonceurs, ces derniers découvrant les nombreux défis spécifiques liés à son internalisation.

‘In-housing’

Entre-temps, la presse professionnelle regorge déjà de nouvelles évoquant des cas de ‘in-housing’ (p. ex. P&G et Arla). L’Association of National Advertisers (Etats-Unis) avait déjà rapporté en 2018 que près de 80 % de ses membres hébergeaient déjà l’une ou l’autre agence en interne (pouvant être responsable de la stratégie comme de la création, en passant par l’achat média). À côté de cela, il y a aussi encore, côté créatif, les départements et sociétés mis en place par de grands éditeurs internationaux (lire aussi : Les éditeurs se muent en agences créatives . Nous nous attendons dès lors à ce qu’en 2019, les agences aient encore une fameuse lutte à livrer pour défendre leur droit à l’existence.

Source : PWCJournalism, Media and Technology Trends and Predictions 2019

Portrait James Hewes

Predictions 2019: challenges and trends

James Hewes, CEO of FIPP, the network for global media, shares his predictions for the year ahead: the challenges and opportunities for magazine media around the world and the biggest trends (not unexpectedly: voice, AI and blockchain) in business in 2019.

What will be the five main challenges for the magazine industry in 2019?

I think the first challenge will clearly be around print revenue. In most markets, this will continue to decline, although there are signs that this is happening at a slower rate. In turn, this will create pressures on costs – which is probably the second challenge, how do we make traditional print operations even more efficient. I am fairly sure you will sure more merger and acquisition activity in 2019, even after the frantic deal-making of the past few years.

Our third challenge is in advertising, where digital advertising, which has long delivered lower revenues per consumer than print, is now also facing a crisis of trust among marketers. We must continue to diversify our revenue base in 2019 to avoid dependence on advertising for our survival.

Finally, I think there will continue to be challenges for publishers in attracting and retaining staff – the jobs market is ever-more competitive, particularly for young, digitally-savvy talent.

How should we tackle the challenges?

I think there are probably three major things publishers need to do. The first is to collaborate more. In areas such as challenging the power of big digital platforms and tackling digital ad fraud, the industry is far more effective if it operates with a single voice. Supporting organisations such as FIPP, your local publishing association or other international bodies is a very effective way of ensuring our voices are heard ‘as one’.

The second is to continue our commitment to continuous learning. The media industry will change at an even faster pace in 2019 than it did in 2018. The only way you can keep up with this rate of change is to make both a personal and an organisational commitment to learning, Conferences, white papers, new stories, podcasts and videos – all of these provide a wealth of information from the industry that you must consider and absorb.

The final aspect is around identifying new opportunities for your business though networking. Companies are becoming increasingly inter-connected, both in terms of their technology usage and their general business relationships. If you operate in isolation, the chances are you will be left behind. Committing yourself to regularly meeting new people and considering new ideas from third parties is an essential part of meeting the challenge of today’s media industry.

What are the five biggest opportunities for magazines in 2019?

Well, I can give you 11 opportunities! Our colleagues at Innovation Media Consulting, with whom we produce our annual Innovation in Magazine Media Report, have identified 11 new business models that publishers must pursue to successfully diversify their revenue. I won’t steal their thunder by telling you all of them, you’ll have to check out one of their regular presentations at industry events.

But I do think that the biggest opportunity is in paid content. Our inaugural Digital Subscriptions Snapshot, published earlier this year, revealed a huge range of news publishers making significant revenue from charging consumers directly for their content. There is a real sense that consumers are increasingly aware of the value of journalism and are prepared to pay for it.

The opportunity for magazine publishers is to move into this space too and I think you will see a large number of companies trying this next year. But before you dive into this space, you must be sure that you are producing high-quality, unique content that is valued by your audience, otherwise you will struggle to convince significant numbers of consumers to pay for it.

What new trends will have impact on the magazine business in 2019?

I guess the three biggest areas we’ll be watching 2019 are : i) voice; ii) AI; and, iii) blockchain. Of these, voice is the furthest advanced. There are over 50 million smart speakers now in circulation globally, mainly Amazon Echo and Google Home devices. The continued growth of these is going to make development of voice products essential for publishes in 2019. Usage of AI is mainly confined to other industries at present, particularly the growing self-driving car market. In publishing, we can expect greater use of AI in marketing, particularly around paywalls, as well the increased automation of routine tasks such as basic journalism and translation. Finally there is blockchain. This has been much-hyped and there’s no doubt that the first applications will be in the banking industry. However, there is a lot of potential usage for a permanent, unalterable record of transactions and ownership in our industry too and media companies would be wise to monitor developments closely.

This is only a very brief summary of some of the challenges and opportunities that our industry faces in 2019 – we will be discussing these and more at our two major events next year, the Digital Innovators’ Summit (Berlin, 25-26 March) and the FIPP World Media Congress (Las Vegas, 12-14 November), I look forward to seeing you there!

See you in 2019!

James Hewes
President and CEO
FIPP – the network for global media

2019

Cheers to the New Year 2019!

Cheers to the new year! May it be a memorable and creative one.
Dear Magazine Media visitor,
We wish you and all your loved ones a happy, healthy and interesting 2019 with many magazine moments to give you inspiration, recreation and information!
WE MEDIA & Magazine Media Team