Surfez sur

WeMedia
Bernard Cools en Bruno Liesse

MAGnify 2020: key learnings and roadmap Alpha Index

Bernard Cools and Bruno Liesse talk about their new study about the attention for advertising. They came up with the Alpha Index, which offers the market a better picture of the impact that the various media have, inspired by a study of the same name from the French agency MY Media.

Read our interview with Bernard and Bruno about the Alpha Index here

In this short video Bernard Cools summarizes the key learnings from the Alpha Index study:

Subsequently Bruno Liesse explains the roadmap and possible next steps the duo envisions to put the Alpha Index into daily mediaplanning practice:

We have cut the full presentation by Bruno Liesse and Bernard Cools into short videos per subject.

Watch the first part where Bruno explains what the Alpha Index is here , how they made the survey and the short video’s with the results, presented by Bernard Cools, here

The Alpha Index presentation in 6 short videos you can access here.

Watch the MAGnify debate, part 3, about disruptiveness of programmatic

The other two key note speeches, divided into short form video you can find here:

MAGnify 2020 – What is the Alpha Index?

Bernard Cools and Bruno Liesse talk about their new study about the attention for advertising. They came up with the Alpha Index, which offers the market a better picture of the impact that the various media have, inspired by a study of the same name from the French agency MY Media.

Listen to Bruno Liesse explain what the Alpha Index is exactly and why it is important for advertising and media.

We have cut the full presentation into short form videos per subject. This is the first part, What is the Alpha Index?

The other subjects are:

  • How we made our survey
  • Results of the study – Attention by media category / format
  • Results of the study – Clutter perception, Ads integration, Attention optimization
  • Key Learnings
  • Next steps

All short videos from The Alpha Index presentations of Bruno Liesse and Bernard Cools you can access here.

The other two key note speeches, divided into short form video you can find here:

MAGnify 2020: all speakers are live!

You can now watch all MAGnify 2020 shows on www.magnify.be/video! All speakers are being introduced by Marcel Van Thilt in his incomparable way.  After the speakers you can enjoy the incredible creativeness of our StuMPA contestants from the 2020 competition.  Watch, enjoy and learn!

MAGnify Part I: Advertising Attention Alpha -All in one day?

This is not just a keynote speech by two renowned Belgian researchers (which would and should be enough to capture your attention!). But with our host Marcel Vanthilt introducing the first speakers in his incomparable way; and with a creative highlight from our last StuMPA contest at the end, we have added entertainment value. Because we are all worth it! Because we are all worth it! And we need some humour and laughter in these orange and red Fall days.

Sit back and enjoy for the first and the last part, but most of all watch and learn from Bruno Liesse and Bernard Cools! (read their interview here in Dutch / here in French)

MAGnify Part II: The changing global media landscape

In her presentation from the comfort of her own home, Deniz explores the roles of different media channels from a brand building perspective with a particular focus on planning the role of magazines in the media mix. She will address the big question for marketing and media professionals: do we still have tools to create quality reach?

Expect evidence based argumentation from the Director Creative & Media Effectiency at KantarDespite the changing media behaviour you will find that professionally edited, original content that focuses on a particular passion point shared by the brand and the reader, does not lose it’s value.

Watch and learn from Deniz Sariyildiz! (read her interview here in Dutch / here in French)

MAGnify Part III: Contentmarketing = Contextmarketing

Roger Verdurmen is Strategy Director at DPG Media in the Netherlands and responsible for Brand Studio. With 15 years of experience as a marketing communications strategist he is a likely advocate for a conceptual approach to branded content. Preferably long term, cross media and with maximum contextual relevance.

In his presentation Roger explains why content marketing is all about context. He builds his case with evidence from research human behaviour and own business cases.

Watch and learn from Roger Verdurmen! (read our interviewwith him here in Dutch / here in French)

MAGnify 2020: watch today!

You can now watch our first MAGnify 2020 show on www.magnify.be/video!

Yes, we can definitely call this a show! This is not just a keynote speech by two renowned Belgian researchers (which would and should be enough to capture your attention!). But with our host Marcel Vanthilt introducing the first speakers in his incomparable way; and with a creative highlight from our last StuMPA contest at the end, we have added entertainment value. Because we are all worth it! And we need some humour and laughter in these orange and red Fall days.

Sit back and enjoy for the first and the last part, but most of all watch and learn from Bruno Liesse and Bernard Cools! (read their interview here in Dutch / here in French)

Bernard Cools en Bruno Liesse

P.S. Any questions you have, please send them to info@magazinemedia.be. They will be answered here on this website (we will notify you) and some questions will be discussed in the ‘Chair’ session on 22nd October by Danny Devriendt and his guests.

 

This is what you can expect from MAGnify 2020!

MAGnify 2020 goes digital

MAGnify 2020 starts on 1st October when you can view the first presentation on the conference website www.magnify.be. Every week on Thursday, 1, 8, 15 and 22 October, a new recording will be published. Don’t miss a thing! Register here for the Magazine Media newsletter to receive a notification when a new recording goes live.

Learn more about the genuine assets of magazine media:

  • Magazines offer you engaged audiences.

    The power of a media brand affects the brands that advertise in it. That’s why your ad will benefit from the trust that the magazine has built with its readers.
  • Brands use magazines’ creative possibilities to stand out.

    An ad you can smell or taste? A packshot that glows in the dark? In magazines anything that tickles the five senses is possible!
  • Magazine-makers are storytellers by nature.
    They are pioneers and experts in keeping the right balance between editorial and commercial content. This is where native advertising fits in your content strategy. People love beautiful stories. And for a brand it’s great to be part of such a story.
  • Magazine ads are not intrusive: readers see them as complementary info.
    The word “magazine” is derived from the French word “magasin”, a place of commerce where customers take the initiative. A shop is inspiring and not intrusive. No wonder then that magazines are the most trusted medium for consumers.
  • Cross-media solutions in magazine media enhance ROI substantially.

    The cross-media approach of magazine publishers offers you more chances to reach your target groups via different platforms.

International and national speakers will guide you through these insights. They will prove how magnificent magazine media are for brands.

All information about the speakers and the subject of their speeches can be found on www.magnify.be

You can already read the interviews with our speakers:

Bernard Cools en Bruno Liesse

MAGnify 2020: L’Alpha Index affine nos connaissances sur l’attention pour les messages publicitaires

Cela reste une des questions-clés en matière de communication : quelle est l’efficacité de chacun des médias ? Désormais, l’Alpha Index y ajoute une dimension supplémentaire, ici en Belgique. En orateurs expérimentés, Bruno Liesse (Polaris) et Bernard Cools (Space) lèveront le voile sur leur étude à l’occasion de MAGnify, qui débutera le 1er octobre.

MAGnify | WE MEDIA logo

Watch and listen to Bernard Cools & Bruno Liesse here

« Lorsqu’il s’agit de messages publicitaires, l’attention est un des éléments-clés. Surtout dans le contexte actuel. Les touchpoints digitaux promettent beaucoup en termes d’efficacité, mais même s’il est question d’une forte exposition, l’impact mesurable est souvent limité. »

C’est ce qu’explique Bernard Cools, Chief Intelligence Officer de l’agence média Space. Avec Bruno Liesse, Managing Director de Polaris, qui fait aussi partie de Space, Cools a imaginé l’Alpha Index (ou coefficient alpha), qui permet au marché de se faire une idée plus claire de l’impact des différents médias. Ce faisant, les deux initiateurs se sont inspirés d’une étude homonyme réalisée par l’enseigne française MY Media.

Découvrez notre précédent article sur alpha ici

Qu’en est-il de l’attention ?

« Nous avons tenté de rendre le ‘contact funnel’ encore un rien plus clair », dit Bruno Liesse. « À cet égard, la première étape est claire : un message a-t-il été montré ou diffusé ? Nous appelons cela la ‘viewability’ technique. Vient ensuite la ‘viewability’ effective : le consommateur a-t-il aussi réellement vu le message diffusé ? Ces métriques sont l’œuvre du CIM, avec l’Opportunity To See (OTS) comme currency. »

Après ces deux premières étapes, il en manquait une autre. « Combien de gens voient aussi vraiment le message et lui consacrent de l’attention ? » C’est la question que se sont posée Cools et Liesse. Bruno Liesse : « Cette interrogation passe avant que vous ne sondiez les gens sur les messages publicitaires et les marques dont ils émanent et dont il se souviennent encore un jour plus tard. Une question à laquelle répond le coefficient bêta de Morgensztern. »

Les presses quotidienne et magazine obtiennent de bons scores

L’Alpha Index offre un autre éclairage sur l’efficacité des différents médias, voire, à terme, peut-être même un autre mode de calcul du tarif : du coût au mille (GRP) à quelque chose de la trempe d’un ‘qualitative reach point’.

Cela signifie en outre que les rapports de puissance entre les différents médias se voient modifiés. Vous pourrez découvrir les résultats détaillés à l’occasion de MAGnify, mais Bernard Cools nous dévoile d’ores et déjà que les médias traditionnels réalisent de bien meilleurs scores que les médias numériques (contrairement à la perception populaire) et que les médias locaux font mieux que les médias internationaux. « Nous retrouvons d’ailleurs aussi ces résultats dans d’autres pays, même si chacun opère selon sa propre méthodologie », dixit Cools. « Les presses quotidienne et magazine, surtout, s’en sortent bien. Là où, dans les plans média, elles ne figurent pas dans le top 10, elles occupent la 1e et la 2e place si l’on tient compte de l’attention. »

En soi, ces résultats n’ont rien de particulièrement étonnant. L’étude Ebiquity présentée par VIA l’an dernier allait déjà dans le même sens.

Il y a encore du chemin à faire

Néanmoins, Bernard Cools et Bruno Liesse ne cherchent pas à vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Pour le moment, l’étude repose sur de la recherche documentaire et une étude déclarative auprès de quelque 2.000 personnes. Une étude de neuromarketing devrait permettre un double contrôle des résultats.

« C’est pour ce projet-là que nous tentons actuellement de susciter l’enthousiasme du marché », dit Cools. Et Bruno Liesse d’ajouter : « Par ailleurs, il ne s’agit évidemment pas d’une étude officielle de la tripartite et l’efficacité du média dépend naturellement aussi de la stratégie de la marque qui s’en sert, ainsi que de la création. Mais ça apporte tout de même une dimension supplémentaire qui permet de mieux cerner l’efficacité moyenne du média. Chez Space, nous l’avons en tout cas déjà intégré dans notre outil Pulsar. »

Bernard Cools en Bruno Liesse

Curieux de connaître tous les détails et résultats de l’Alpha Index ? Bernard Cools et Bruno Liesse vous les dévoileront le 1 Octobre à l’occasion de MAGnify 2020.

En attendant le 1er octobre, petite rétrospective sur MAGnify 2019 :

Interviews:

Bruno Liesse

La chronique de Bruno Liesse

Focus. Crédibilité. Caractère non intrusif et absence d’irritation. Voilà ce qui distingue les annonces dans la presse magazines de la publicité dans les autres médias. Explications par Bruno Liesse, consultant.

Bien entendu que la différence entre une campagne efficace d’une autre qui serait moins porteuse commence par la créa ! Et plus précisément par la valeur du message, aussi sur le plan des facteurs émotionnels. Mais de nombreuses études récentes, sur le plan international comme belge, prouvent l’influence du contexte en terme d’impact. L’environnement ne serait pas neutre, loin de là.

Il s’agit entre autre de la qualité perçue de l’environnement, du professionnalisme de l’éditeur, tant au niveau de la forme que du contenu éditorial. Mais également de la charge publicitaire et de son degré de caractère interruptif. A l’instar de l’étude primée de Bpost Media, qui pointait en 2018 les magazines – aux côtés des quotidiens – comme le média le moins irritant sur le plan de la présence de pubs ! A savoir 5% de réponses négatives seulement. L’on peut comprendre ce sentiment positif pour les médias presse, dans la mesure où le lecteur-consommateur est libre de considérer ou non les messages concernés. Rien à voir avec les médias linéraires ou digitaux, où l’interruption est souvent violente et le volume important.

La même étude indiquait que ces médias presse seraient, avec le direct marketing et les folders, les canaux où la publicité est la moins intrusive. Plaçant par ailleurs les périodiques comme le deuxième canal par lequel les consommateurs déclarent apprécier le plus  » être informés sur des produits ou des services « . La prédisposition est donc positive. L’étude de Bpost Media révèle ensuite une vérité évidente : les médias imprimés ne peuvent faire l’objet d’aucun  » moyen d’évitement  » de la pub’ : ni zipping, ni zapping, ni ad-blocker ou autre skip.

L’environnement des ‘local editors’ est donc aussi évalué comme le plus crédible, selon cette fois une étude de Newsworks publiée en 2019, portant sur plus de 1.000 personnes. Plus précisément, 93% des individus interrogés considèrent que les contenus des magazines sont ‘intéressants’, tandis que 83% d’entre eux estiment qu’ils sont de qualité. Sachant que la neuroscience nous enseigne que l’implication à la lecture d’une publicité est plus importante lorsque le contexte est valorisant (source Newsworks UK 2019), le lien avec l’impact commercial – les ventes – semble logique, à une époque où le but est de franchir toutes les étapes du fameux  » purchase funnel « .

Enfin, une nouvelle étude des journaux belges éclaire sur le faible effet du multi-tasking pour les quotidiens comme les magazines : difficile en effet de se livrer à d’autres activités pendant que vous êtes sur votre article d’actu’ ou un dossier relevant de vos centres d’intérêt préférés : très peu de médias peuvent revendiquer cet atout ! L’efficacité publicitaire n’est donc pas seulement question de créativité, laquelle est de toute façon difficilement modélisable, mais du queen – context, après le king content. Elle est directement liée à la qualité de son support, et dans le cas des éditeurs de presse locaux, ce serait à leur grand avantage.

Bruno Liesse

Bruno Liesse

 

 

 

D’autres opinions sur Magazine Media :