Surfez sur

WeMedia
Marcel Vanthilt at MAGnify 2018

MAGnify 2019 approche ! (rétrospective 2018)

Le 3 octobre 2019, Magazine Media organisera la troisième édition de MAGnify à CC De Factorij à Zaventem. Pour déjà un peu chauffer la salle, nous revenons sur les deux éditions précédentes (lisez ici la rétrospective 2017). MAGnify 2018 a été la première édition avec une session sofa durant laquelle on a pu exprimer différentes visions : celles de l’agence média, de l’annonceur, de l’éditeur et du chercheur. Suite au succès de ce concept, nous le réitérons cette année avec Danny Devriendt comme animateur des débats, autour du thème : Le monde est plat.

MAGNIFY-logo
 Les orateurs de MAGnify 2019 sont connus. N’hésitez pas, inscrivez-vous sans plus attendre ici (www.magnify.beet rejoignez-nous à CC De Factorij à Zaventem.

Vous pouvez découvrir un échantillon de l’ambiance qui régnait à MAGnify 2018 ici

Juan Senor at MAGnify 2018 1. Le premier orateur à prendre la parole le 4 octobre 2018 était Juan Señor, d’Innovation Media Consulting Group. Il a enrichi son récit inspiré sur la puissance des magazines et du print (Le print c’est de la haute couture) de l’an dernier d’un exposé sur le confiance en ces temps de ‘fake news’.

Señor a expliqué à son auditoire que la qualité ne peut et ne doit être gratuite. Lorsqu’on fournit de la valeur, il faut qu’on paie pour pouvoir se l’offrir. C’est là que les créateurs de contenu ont fait fausse route par le passé et cette erreur doit être rectifiée. Son message clé à l’adresse des éditeurs est dès lors : « Il faut (à nouveau) amener les gens à payer pour votre contenu, sinon vous n’aurez pas d’avenir dans l’édition. Les innovations au niveau de la technologie, des médias, des gadgets et des widgets ne pourront pas vous sauver. »

Selon Juan Señor, le print existera encore longtemps, mais entre-temps les éditeurs doivent veiller à ce que d’autres plateformes de leur marque deviennent rentables. Les magazines possèdent deux facteurs essentiels pour créer de la valeur : le contenu de qualité et la confiance. En ces temps de ‘fake news’, cette dernière ne fait que gagner en importance.

Ses cinq clés pour une publication print à succès commencent dès lors toutes par le mot ‘premium’ :

Juan Senor: Keys for a succesful print publication

Magnify 4-10-18  105 2. Le deuxième orateur de la matinée était Steve Goodman, Managing Director Print Trading chez GroupM au Royaume-Uni. (Lisez l’entretien avec Steve Goodman ici)

Son message était que le pendule est allé trop loin dans le sens des médias numériques. Nous devons retrouver un équilibre entre les médias numériques et établis, a dit Goodman. Au début de l’année 2018, son collègue Adam Smith avait exprimé le même souci dans une interview accordée à The Guardian : GroupM déplore la chute rapide des investissements magazine et prédit une revalorisation du média dans le chef des annonceurs.

Goodman à MAGnify 2018 : « Nous avons été et sommes toujours frappés par le fait que le switch des médias traditionnels aux médias numériques a tout de même été fort marqué. Il a été de pair avec un switch au niveau du focus : de la notoriété de marque à l’engagement. » Il a dès lors plaidé pour davantage de planning à long terme et une ‘désintoxication’ aux résultats directs, voire en temps réel.

Consultez sa présentation ici.

Benoit Bochu 3. C’est de France qu’est venu le troisième ‘keynote’ de la matinée : Bruno Poyet et Benoit Bochu d’Impact Mémoire (lisez leur interview ici). Ceux-ci ont présenté les résultats de leur étude sur l’attention dans le contexte publicitaire.

Leur propre recherche les amène à distinguer deux types d’attention : l’attention automatique et l’attention volontaire ou réfléchie. La première intervient, par exemple, lorsque quelque chose se met à clignoter sur votre smartphone ou quand vous tournez une page dans un magazine et tombez sur une publicité. Dans ce cas, l’émotion est importante. L’attention volontaire, quant à elle, est plus  profonde, créant ainsi de l’engagement du côté du consommateur. Par exemple lorsque celui-ci lit de la publicité native. Des facteurs essentiels pour obtenir l’attention volontaire sont le storytelling, l’émotion et l’intérêt ; le consommateur doit trouver le message utile.

« Actuellement, on calcule à coups de coût au GRP et autres », dixit Benoit Bochu, « mais en fait l’attention devrait devenir une currency. »

Découvrez leur présentation complète ici.

4. Session sofa : « (Post-)Millennials hate established media brands, except when they love them. » Voilà le titre de la table-ronde avec laquelle nous avons clôturé la deuxième édition de MAGnify. Sous la houlette de Vanessa Sanctorum, Strategy Director chez Havas Media (lisez son propre flash-back ici), les participants ont débattu de la façon dont les plus jeunes générations utilisent et gèrent les médias et de ce que cela signifie pour l’avenir des médias et de la publicité.

Ont participé au débat :

  • Nathalie Erdmanis, Director Strategic Marketing & Branding chez AG Insurance
  • Els Thielemans, CEO chez Maxus
  • Mike Koedinger, Fondateur et Président de la maison d’édition luxembourgeoise Maison Moderne
  • Katia Pallini, Content Marketing Manager chez Insights Consulting

La session sofa peut être visionnée dans son entièreté ici:

Rendez-vous sur www.magnify.be pour plus d’infos sur les orateurs de MAGnify 2019. Profitez-en pour vous inscrire.

Bruno Poyet and Benoit Bochu, Impact Memoire speaking at MAGnify 2018

What Bruno Poyet and Benoît Bochu said at MAGnify 2018

Tweet: “Le cerveau est un muscle” Celui-ci n’a pas autant évolué… Au contraire du nombre de messages auxquel celui-ci est confronté quotidiennement #attention #adtension #MAGnify2018

Tweet: L’attention automatique, comment l’attirer: Savant dosage de la création et l’exposition média… #intégration #MAGnify2018

Please find below the presentation by Bruno Poyet and Benoît Bochu, Impact Mémoire at MAGnify 2018:

Read the interview with Bruno and Benoît here
MAGnify 2018 was MAGnificent! Watch the video of the event here. And take a look at the photos here!
MAGnify 2018 host Marcel Vanthilt

MAGnify 2018: the video

MAGnify 2018 was a morning with great speakers and a wonderfully eloquent panel! The program was aimed at refreshing the knowledge of our attending audience from advertisers, agencies and publishing houses about magazine media today and tomorrow. (See all the tweets: #MAGnify2018)

Take a look at the pictures here

La vidéo :

De video:

Our gratitude goes to Juan Señor (Innovation Media Consulting Group), Steve Goodman (Group M, UK), Bruno Poyet and Benoît Bochu (Impact Mémoire) for three inspiring and informative speeches!

Discover Steve Goodman’s presentation here and Impact Mémoire’s presentation here.

Read our interviews with them:

And a big applause and thank you to our wonderful panel, led by Vanessa Sanctorum, Havas Media: Nathalie Erdmanis (AG Insurance), Mike Koedinger (Maison Moderne), Katie Pallini (Insites Consulting) and Els Thielemans (Maxus).

Also read: MAGnify innoveert: rondetafelgesprek over (Post-)Millennials en mediamerken / MAGnify innove : table-ronde sur les (Post-)Millennials et les marques média

Juan Senor speaking at MAGnify 2018

MAGnify 2018 was MAGnificent!!

MAGnify 2018 is over! It was a morning with great speakers and a wonderfully eloquent panel! And… a very funny and entertaining host: Marcel Vanthilt. The program was aimed at refreshing the knowledge of our attending audience from advertisers, agencies and publishing houses about magazine media today and tomorrow. (See all the tweets: #MAGnify2018)

Below you will find the pictures of the day (watch the video report here).

Our gratitude goes to Juan Señor (Innovation Media Consulting Group), Steve Goodman (Group M, UK), Bruno Poyet and Benoît Bochu (Impace Mémoire) for three inspiring and informative speeches!

Discover Steve Goodman’s presentation here and Impact Mémoire’s presentation here.

Read our interviews with them:

And a big applause and thank you to our wonderful panel, led by Vanessa Sanctorum, Havas Media: Nathalie Erdmanis (AG Insurance), Mike Koedinger (Maison Moderne), Katie Pallini (Insites Consulting) and Els Thielemans (Maxus).

Also read: MAGnify innoveert: rondetafelgesprek over (Post-)Millennials en mediamerken / MAGnify innove : table-ronde sur les (Post-)Millennials et les marques média

 

Bruno Poyet / Benoit Bochu

« Sans attention, pas de souvenir et donc pas d’impact de votre message »

Comment le cerveau réagit-il aux stimuli publicitaires ? Pas toujours comme on pourrait s’y attendre, révèle une étude du spécialiste français Impact Mémoire. Bruno Poyet et Benoît Bochu expliquent. Dans le présent article et à MAGnify.

Inscrivez-vous sans plus attendre sur www.magnify.be

MAGnify 2018 logo
« Nous avons été frappés par le fait que ces derniers mois, la notion d’attention dans un contexte publicitaire a fait beaucoup de remous. Dans le cadre des médias numériques surtout, on l’a quelque peu mise en doute. On aurait dit qu’il s’agissait là de nouvelles informations sur toute la ligne, tandis que cela fait 15 ans déjà que nous exploitons les sciences cognitives pour distiller des insights publicitaires. » Ainsi parle Benoit Bochu, qui avec son CEO Bruno Poyet viendra commenter la situation autour de l’attention à MAGnify. Sur base de recherches propres effectuées sur plusieurs années, leur société Impact Mémoire a en effet redéfini les processus de rétention d’un message publicitaire.

« Il n’est pas évident de mesurer l’attention », ajoute Bruno Poyet. « Celle-ci est en effet liée à d’autres aspects, comme le subconscient ou l’émotion. Sur base de nos recherches nous sommes cependant parvenus à distinguer deux types d’attention. L’attention automatique se manifeste, par exemple, lorsque quelque chose se met à clignoter sur votre smartphone ou quand, dans un magazine, vous tournez une page et tombez sur une annonce. Dans ces cas, l’émotion est importante. L’attention volontaire ou réfléchie, quant à elle, est plus profonde, créant de l’engagement chez le consommateur. Par exemple lorsque ce dernier lit une publicité native. Parmi les facteurs importants qui contribuent à susciter l’attention volontaire, citons le storytelling, l’émotion et l’intérêt – il faut que le consommateur estime que le message soit utile. »

Il va de soi que certains médias réalisent de meilleurs scores que d’autres selon le type d’attention, mais les chercheurs d’Impact Mémoire ont volontairement évité d’établir un classement. Bruno Poyet :

« Chaque média a ses qualités spécifiques, mais cela dépend en outre aussi de l’objectif de la marque. »

« Les médias peuvent donc tout aussi bien susciter une attention automatique que volontaire, en fonction de la façon dont ils sont utilisés. »

Selon les chercheurs, le média magazine réalisent de bons scores tant au niveau de l’attention automatique que réfléchie. « Souvent, on paie pour un magazine, ce qui fait qu’en tant que lecteur on est engagé de façon positive », lance Benoit Bochu. « En outre, les publicités ne sont pas intrusives ; elles font en quelque sorte partie du magazine. L’attention volontaire s’obtient au travers d’une longue durée de lecture, de par le fait que vous pouvez installer une image et une identité de marque dans une annonce magazine et lorsqu’un magazine ou une annonce sont relus. »

Reste la question de savoir ce que peuvent faire les annonceurs avec ces insights. Bruno Poyet est clair : « Il feraient bien d’y être attentifs. Sans attention, pas de souvenir et donc pas d’impact de votre message. C’est aussi simple que ça. Aujourd’hui, l’attention est un souci majeur des annonceurs. Nous consommons beaucoup plus de médias. Les annonceurs se voient donc forcés de lutter davantage pour cette attention. Avec notre recherche, nous leur permettons de mieux comprendre comment fonctionne le cerveau. Ainsi, nous pouvons vérifier si ce qu’ils font a vraiment l’effet escompté. Par ailleurs, il est clair que le média et la création doivent aller de pair. Enfin, nos conclusions sont parfois contraires à ce qu’indiqueraient des algorithmes. L’automatisation de la publicité ne rend pas nécessairement service à l’annonceur. »

« Actuellement, on calcule à coups de coût au GRP et autres », conclut Benoit Bochu, « mais en fait l’attention devrait devenir une currency. Cela doit être la prochaine étape dans notre recherche. Nous réfléchissons à comment l’introduire, mais nous ne sommes pas encore tout à fait sortis de l’auberge… »

 

Sur le même sujet :

MAGnify sprekers en panel

Les orateurs pour MAGnify 2018 sont connus !

Le 4 octobre prochain aura lieu la deuxième édition de MAGnify, LA conférence qui en une matinée vous met au parfum de tout ce qui touche au média magazine en Belgique et dans le monde.  Le programme est désormais complet et tous les orateurs sont connus. Dépasser le haut niveau de MAGnify 2017 (rejetez donc un œil ici) constitue un vrai défi, mais avec un tel programme, nous ne doutons pas que c’est une affaire conclue.

Inscrivez-vous sans plus attendre sur www.magnify.be

MAGnify 2018 logo

Cette fois encore, c’est devenu un mélange intéressant d’experts média nationaux et internationaux, tel qu’un Steve Goodman de Group M, UK (lire aussi : Group M : les annonceurs ont gravement …). Bruno Poyet d’Impact Memoire et ClimatMediaAgency nous vient de Paris pour évoquer son étude et la vision qui en découle sur la collaboration entre agences et annonceurs. Last but not least, nous avons demandé à Jean Señor d’Innovation Media Consulting Group de faire preuve de son élan habituel pour donner un aperçu de l’avenir des médias et des magazines.

Pour la première fois, MAGnify 2018 accueille aussi un panel. Dans ce panel, nous rassemblons une séries de chaînons créant et formant la chaîne publicitaire, de l’idée à l’effet : annonceur, agence (média), éditeur et chercheurs. Ceux-ci se pencheront sur place sur la question de savoir comment se présentera l’avenir des médias et de la publicité lorsque les Millennials et, surtout, les Générations Y et Z feront la pluie et le beau temps.

Vous trouverez toutes les informations sur le site Web www.magnify.be, où vous pouvez aussi vous inscrire.

Pour passer en revue MAGnify 2017, rendez-vous ici.

Lisez aussi les interviews avec les orateurs de MAGnify 2017 :