Surfez sur

WeMedia
Cannes Lions 2016 - Grand Prix

Le meilleur des Cannes Lions 2016

Comme l’a souligné Davy Caluwaerts dans une de ses chroniques (Innover en print ? Yes, we Cannes), l’existence d’une catégorie Print aux Cannes Lions pourrait être remise en question. Ce n’est pas pour rien que nous portons le nom de Magazine Media et de nombreuses campagnes envoyées à Cannes dépassent largement le silo du print. Nous croyons à la supériorité des stratégies multimédia et c’est précisément pour cela que nous envisageons l’avenir des marques de magazines avec confiance.

Cette année à nouveau, nous avons pu admirer dans la catégorie Print & Publishing tant de belles campagnes, tellement d’inspiration, que nous ne pouvions résister au plaisir de vous présenter nos préférées. Le print n’est pas mort et ne va pas mourir, comme le démontrent ces campagnes (et la colonne d’un membre du jury: Don’t judge print). On y trouve tellement d’humour subtil, de textes puissants, d’images qui en disent plus long que 1.000 mots, de combinaisons intelligentes de droites et de courbes et vice versa (voyez le Gunn Report),… qui ne peuvent trouver de meilleure place pour s’exprimer que le papier.

Profitez-en à nouveau !
(et peut-être tout en ‘Integrated’ l’année prochaine? Qu’en pensez-vous?)

Vous trouverez les lauréats de 2015 ici.

Neutrogena ad in Caras magazine

Tendance : les solutions créatives

A l’occasion du Trends Day 2016 organisé par l’UBA, Magazine Media a publié son 4ème Update : Comment communiquerez-vous en 2022 ? 7 tendances pour marketeers avertis. Une des tendances abordées est le cross-média.

Que sont les solutions créatives ?
Les solutions créatives sont un dénominateur commun sous lequel sont rassemblées à peu près toutes les possibilités publicitaires au-delà de l’achat d’espaces publicitaires standards. En print, cela peut aller de couvertures dépliables et de cartes adhésives à des chargeurs de GSM intégrés (cellules solaires) et de petits écrans vidéo, en passant par l’utilisation d’encres et de senteurs spéciales.

A l’aide de codes (QR), de tags (NFC) et autres (pensez à la réalité augmentée), on peut aisément faire le lien avec le digital. Les sites de magazines et les magazines digitaux offrent eux aussi un tas de possibilités.

Quels atouts offrent-elles aux annonceurs dans un contexte magazine ?
Le plus grand atout des solutions créatives est sans aucun doute l’attention et l’engagement supplémentaires qu’elles engendrent auprès du consommateur. De plus, elles se distinguent par une grande polyvalence. Il n’existe pas de produits standards, ce qui crée une énorme liberté et permet à l’annonceur et à la marque média de trouver la meilleure solution pour les deux parties.  » Ce genre d’actions s’étudie vraiment au cas par cas « , dit Adélie Stichelbaut.  » C’est du sur-mesure.  »

Nous l’avons déjà évoqué ailleurs : grâce à l’essor de la publicité programmatique pour les formats et les emplacements standards, l’agence média et la régie auront toutes deux plus de temps à consacrer à ce genre de réflexion. Les solutions créatives ne s’émousseront pas. Bien au contraire : de nouvelles possibilités viendront sans cesse s’ajouter, notamment grâce à l’essor de nouvelles technologies, plus abordables et donc plus accessibles pour tous les annonceurs.

Chaque régie de média magazine (ou presque) dispose d’un expert ou d’une division spécialisée capable de développer des solutions sur mesure et mener à bien ce processus chronophage. Il ne s’agit donc nullement d’une nouvelle tendance, mais bien d’une tendance qui offre constamment de nouvelles possibilités. Et qui n’est donc pas près de disparaître.

Vous trouverez tous les Updates Magazine Media dans la rubrique Academy

Découvrez aussi :
Porsche goes holographic
Un été créatif pour les annonces magazines
Encarts et échantillons : il y en a pour tous les goûts
Tags NFC et réalité augmentée en publicité magazine : what’s in it for you?

Campagne Radio Nostalgie

Campagne Radio Nostalgie

Nostalgie a fait le choix de communiquer avec les paroles des chansons qu’elle diffuse. La campagne, baptisée « 3 lyrics », raconte des histoires en associant 3 paroles de chansons. Le tout sur un fond coloré qui s’alterne en fonction des moments ou des sujets de communication.

En juin 2015, cette campagne a valu à Nostalgie le très prestigieux Golden Effie Award. Un prix convoité par l’ensemble du monde de la communication. Découvrez ci-dessous les publicités diffusées depuis plus d’un an. Agence Silver & Copper a rafraîchi le layout pour la relance de la campagne en 2016.

StuMPA winnaar

StuMPA : et les gagnants sont…

Le 25 mars fut une journée pleine de suspens pour les étudiants de dernière année des 7 Hautes Ecoles en Art Graphique/Publicité participantes.

A l’occasion du Young Creatives Day, le jury de StuMPA (Student Magazine Print Awards) s’est en effet réuni chez Sanoma, à Malines, pour la défense des travaux par les 20 lauréats.

La journée pluvieuse a commencé vers 10 heures par une session de questions posées par les étudiants aux créatifs de haut niveau travaillant dans des agences de renommée internationale. Le tout orchestré par Damien Lemaire, rédacteur en chef de Media Marketing. Un des messages adressés aux jeunes talents était celui-ci : veillez à être bons dans tous les médias. En ce moment, il y a indubitablement beaucoup d’attention pour la vidéo. On peut toutefois aussi être affecté à un client qui fait de la radio ou du print. Un créatif doit accoucher d’un concept, qui doit pouvoir être exécuté sur plusieurs plates-formes.

Ensuite, ont eu lieu des groupes de discussion simultanés autour de différents thèmes. Outre la grande session sur les Love Campaigns (la sélection de Creative Belgium, ex-CCB), des sofa sessions (en comité restreint) ont été organisées. Celles-ci ont eu lieu dans le Bar Marie de Sanoma, avec e.a. Andre Lafère, rédacteur en chef de Feeling Wonen et Gael Maison, qui a discuté de son parcours atypique de graphiste à sa fonction actuelle de rédac chef. D’autres sessions ont traité de questions comme ‘pourquoi travailler dans la publicité’, …

Parallèlement, le jury du StuMPA est entré en conclave pour s’accorder sur les questions à poser aux 20 finalistes ; un jury très sérieux et appliqué – toujours sous la houlette de Damien Lemaire – qui s’est longuement et soigneusement penché sur les 20 créations des nominés.

A 14 heures, le start départ de la défense fut donné. Après un mot de bienvenue d’Alain Lambrechts, General Manager de Febelmag, d’Henk Scheenstra, CEO de Sanoma et hôte de l’événement et de Damien Lemaire, président du jury, les nominés ont pu défendre leur création.

Ces derniers étaient clairement tendus. Ils avaient concocté une vidéo pour expliquer leur idée. Après avoir visionné la vidéo, ils ont tous eu deux minutes pour la commenter en direct. Le jury a ensuite posé 2 questions à chaque lauréat. Conclusion générale ? Le travail créatif était de haut niveau et les étudiants s’étaient beaucoup investis dans le projet. Certaines présentations étaient très créatives, avec des vêtements brûlés, des préservatifs gonflés, une petite pièce de théâtre, voire une tentative de soudoiement du jury avec une bière.

Lors du comptage des points, les gagnants du Gold et du Silver sont directement sortis du lot. Le Gold est revenu à Sven Pede (LUCA School of Arts Ghent) et son concept musical Ancienne Belgique (la vidéo ICI). L’argent a été décerné à Roland Gyros de Florent Lemaire (Saint-Luc Liège)(la vidéo ICI). Ces deux jeunes talents auront le bonheur d’assister au Festival des Lions de Cannes pour y cotoyer la crème de la crème du monde international de la publicité.

Le premier bronze a été décerné à Jupiler, l’idée de Daoud Hamdan (ESA Le 75)(la vidéo ICI). Le deuxième a fait l’objet de bien plus de palabres, car les points étaient très serrés. Finalement, le jury a décidé qu’il n’y avait pas de différence de qualité entre les campagnes Clini Clowns (Ine Beertens, PXL-MAD)(la vidéo ICI) et No Violence (Bruno Tellier,ESA Le 75)(la vidéo ICI). Ceux deux élèves remportent donc également un StuMPA Bronze. Trois élèves seront donc invités aux CCB Awards le 27 mai au casino de Knokke.

Enfin, l’Award de la ‘Best School’ (savant calcul entre le nombre de dossiers inscrits, de lauréats et de gagnants) est remporté cette année par LUCA School of Arts Ghent, représenté par Anneke Rombaut.

StuMPA logo

STUMPA 2015-2016 : les nominés

Le jury de la septième édition du StuMPA* s’est penché ce mercredi 9 mars sur la septantaine d’annonces magazines inscrites par les élèves de dernière année des 7 Hautes Ecoles en Art Graphique/Publicité participantes.
StuMPA logo

Ce jury était composé de 3 créatifs : Sam De Win (ServicePlan), Massimiliano Mucedda (Happiness) et Tomas Van Loon (These Days) ; de 2 professeurs des écoles participantes : Paul Van Biesen (ESA Le 75) et Pierre Vandevivere (HEFF) ; de 2 journalistes de la presse professionnelle : Aline Guebels (PUB) et Damien Lemaire (MM – président) ; de 3 représentants des éditeurs-membres de Febelmag : Diana De Cat (Roularta), Thierry Hottat (Produpress) et Tom Wattez (Sanoma).

La tâche ne fut évidemment pas aisée pour le jury, tant le nombre et la qualité des travaux étaient élevés ! Voici le nom des 20 étudiants qui seront envoyés dans l’arène le vendredi 25 mars pour défendre leur création :

  • ESA Le 75 (prof. Paul Van Biesen & Paul Moriau)
    – Hamdan Daoud
    – Hélia Guérenne
    – Kevin Lerens
    – Jean-François Poti
    – Bruno Tellier
  • Haute Ecole Francisco Ferrer (HEFF) (prof. Julie Rousseau & Pierre Vandevivere)
    – Sandrine Vettese
  • Haute Ecole Louvain en Hainaut (HELHa) (prof. Isabelle Hubinon)
    – Amélie Lonobile
  • Luca School of Art Ghent (prof. Anneke Rombaut)
    – Sien Audenaert
    – Hanna De Coninck
    – Caroline Lismont
    – Sven Pede
    – Anouck Schuddings
    – Ruben Vandennieuwenborg
    – Simon Vandevoorde
  • PXL-MAD (prof. Els Menten)
    – Ine Beertens
    – Robin Hombrouck
    – Anaïs Smets
  • Saint-Luc Bruxelles (prof. Bertrand Degreef)
    – Marie Vanavermaete
  • Saint-Luc Liège (prof. Vincent Albert)
    – Jaspar Joao
    – Florent Lemaire

La défense qui se fera devant le même jury ainsi que devant un public composé d’étudiants et de professeurs aura lieu le vendredi 25 mars à 14 heures chez Sanoma (Malines) dans le cadre du Young Creative Day (en collaboration avec MM et CCB). Elle sera suivie par la délibération du jury et par la remise des prix. Le but est de désigner les gagnants des 5 Awards, à savoir un Gold, un Silver et deux Bronze, ainsi que celui de la Best School.

Ces awards sont accompagnés de prix exceptionnels pour les étudiants : les gagnants du Gold et du Silver s’envoleront en juin pour le prestigieux ‘Cannes Lions, International Festival of Creativity’, les gagnants des Bronze assisteront au CCB Awards & Party le 27 mai à Knokke, les nominés recevront des abonnements digitaux à MM et PUB (nos sponsors),…
* Le Student Magazine Print Award 2015-2016, StuMPA, est une initiative des éditeurs de Febelmag avec la collaboration de MM et PUB. Il s’agit d’un concours créatif pour les étudiants de dernière année des Hautes Ecoles Artistiques section développement graphique/publicité. Le point de départ de la réflexion du StuMPA est le média magazine. Les élèves doivent travailler avec et autour du média magazine, en exploitant tous ses atouts. Ils doivent également exploiter les possibilités qu’offre le digital pour pousser plus en avant l’idée retenue.

Le Gunn Report dévoile une recette magique pour une publicité print performante

Une bonne annonce print combine un ‘straight visual’ (sans détour) avec un ‘bent headline’ (un titre tordu). Ou vice versa : un headline qui va droit au but avec un visuel désaxé. C’est ce que prouve une nouvelle fois le Gunn Report.

Pour expliquer comment la combinaison garantit le succès créatif, le plus simple est de citer quelques exemples. La simple prise (‘beauty shot’) d’une Porsche qui roule à grande vitesse est un ‘straight visual’. Le titre utilisé,  » Think of it as a Mercedes with Tabasco sauce « , est tordu. «  How refreshing. How Heineken  » est un headline sans détour. L’ouvrier du bâtiment courbé en avant, le sillon interfessier choquant plâtré, est un visuel tordu. Tout comme le pigeon recouvert de fiente. 

 aa98bd67d4095c154fb68822e77f29e0

9c95cb68e93fabca4021f1fb645f90ef

Par définition, la combinaison d’une image sans détour avec un titre sans détour est ennuyeuse. Ce qui signifie que le lecteur tournera immédiatement la page. En sens inverse, un visuel tordu et un titre tordu créent la confusion. Il n’y aura dès lors pas de communication.

Jim Aitchison présentait déjà cette formule élémentaire pour créer des publicités print puissantes dans son livre ‘Cutting Edge Advertising’, en 1999. Ces 18 derniers mois, le Gunn Report a mis en ligne quatre différentes éditions qui prouvent la validité de la formule Bent/Straight. A chaque fois, il a repris 50 des annonces print les plus récompensées dans le monde.

ddc05a18d5b0a035d44fd941a0098b24

Selon le Gunn Report, la formule Bent/Straight pour le print est un des cadeaux les plus précieux que l’on puisse offrir à un jeune copy ou AD, car elle réduit la créativité en print à sa plus simple expression.

elvis week

Suite au succès retentissant des éditions Bent/Straight, The Gunn Report a décidé d’en faire une partie intégrante de son site Web. L’objectif ? Offrir à tous les créatifs une référence en matière de print, ainsi qu’une source d’inspiration durable en vue de créer de magnifiques annonces print.

Découvrez les meilleures campagnes au monde (http://www.gunnreport.com/content/bent-straight/)

Jorrit Hermans

La colonne de Jorrit

Aujourd’hui, la créativité se situe en amont du média, plutôt que dedans.

Chaque mois, Jorrit Hermans pose son regard singulier sur le monde des magazines et de la création. Cette fois, il analyse les évolutions qu’il a jugées créatives.

Lorsqu’on veut scruter l’avenir d’un regard plus acéré, il est toujours instructif de jeter un œil vers le passé. Si l’on travaille dans un secteur qui, par définition, évolue et innove, ce genre d’exercice rétrospectif se développera sans doute souvent en une nouvelle idée. Ces derniers mois, travailler pour, autour, avec et parfois aussi contre certains médias m’a valu de dresser quelques constats intéressants.

  1. La créativité n’est plus un domaine de communication

Démarrer en tant que copywriter junior en 2000 revenait encore à travailler exclusivement sur des messages, des points de vue, des revendications, des slogans et des baselines. En guise d’ultime conclusion d’une montagne de travail préparatoire dont personne ne soupconnait même l’existence, on imaginait des idées et des concepts qui jetaient un pont vers un public qu’il fallait uniquement toucher. Et non convaincre. Aujourd’hui, la créativité est une valeur, une attitude et une condition prérequise dans bien plus de domaines. C’est bien ! Cela vous donne en principe plus d’éléments pour pouvoir mener une communication créative.

  1. La créativité est loin en amont du briefing créatif

Aujourd’hui, travailler en tant que créatif est une expérience beaucoup moins exclusive qu’elle ne l’était autrefois. C’est génial, car pourquoi attendrait-on, dans le marketing ou la communication, jusqu’à la fin de la chaîne de valeur pour devenir intéressant et original ? Cette évolution rend notre boulot meilleur et plus stimulant. Elle permet aux créatifs vraiment solides de s’investir dans d’autres professions. Bien avant que qui que ce soit dans votre milieu professionnel n’utilise le mot ‘briefing’.

  1. La créativité se situe moins dans les médias publicitaires

Une autre conséquence logique du glissement du centre de gravité créatif est l’intérêt décroissant des médias publicitaires en tant qu’expressions pertinentes de la créativité. Oh oui, elles sont toujours là, ces publicités. Si elles sont bien faites et attrayantes, elles ne dérangent pas. La question est de savoir si outre le fait de ne pas déranger, elles fonctionnent. La solution? Utilisez votre média même comme source ou amplificateur de créativité  et essayez au passage de créer de la valeur pour le public de lecteurs. C’est possible et ça marche.

  1. La créativité a énormément gagné en valeur

A mes yeux, c’est sans doute la plus belle évolution. Aujourd’hui, en tant que créatif, on peut faire un différence. Pas seulement en imaginant un jeu de mots ou une image détonante. Il est donc question d’impact issu du cerveau créatif. Ce n’était hélas pas le cas jadis. Donc : vive la technologie, vive la production d’outils et de solutions plutôt que de seules campagnes qui disent des choses et, pour cette raison, sont souvent vides de sens.

  1. La créativité n’est plus un monopole créatif

La démocratisation de la créativité est une chose fantastique. Je collabore aujourd’hui avec des juristes, des psychologues, des sociologues, des anthropologues et des physiciens qui sont tous particulièrement créatifs. Généralement, ils ont aussi une très bonne plume. Et cela sans lunettes alambiquées ou look dans le vent et avec un simple diplôme universitaire… Ma conclusion : aujourd’hui, tout est mieux.

Jorrit Hermans Jorrit Hermans, Head of Story chez Quick Brown Foxes

Envie de lire les autres colonnes de Jorrit ? Cliquez ici

Magazines pour créatifs : 5 revues professionnelles remarquables

Tout créatif qui se respecte doit avoir au moins une poignée d’abonnements à des magazines lui servant de source d’inspiration. Nous vous avions déjà présenté 5 classiques et 8 découvertes. La presse magazine professionnelle renferme elle aussi bon nombre de perles. Voici 5 titres mémorables listés pour vous !

  1. Communication Arts

Communication Arts traite de l’actualité en matière de design, publicité, illustration, photographie, ‘interactif’ et typographie, et ce depuis 1959. Cela n’a pas empêché le magazine de jouer pleinement la carte du numérique avec une version iPad du titre et un site formant le cœur de la marque. Tous les numéros sur papier sont des annuaires (tels que l’Advertising Annual et le Design Annual).

www.commarts.com

  1. Offscreen

‘People behind bits and pixels’, tel est le slogan ‘teaser’ d’Offscreen, qui capte la vie et l’œuvre des créatifs numériques dans un magazine saisissant. Le titre se braque sur des récits humains moins évidents sous-tendant la créativité, la passion et le dur labeur que cache chaque ‘interface’.

www.offscreenmag.com

  1. The Great Discontent

The Great Discontent paraît trois fois par an et propose des entretiens avec des créatifs. Vous y découvrirez tout sur la créativité, la confrontation avec la feuille blanche et les risques du métier. Le tout dans un magnifique magazine papier qui se conserve.

www.thegreatdiscontent.com

  1. Fresh Paint Magazine

A chaque fois, Fresh Paint Magazine propose une sélection inspirante d’artistes en puissance et de valeurs sûres. Un must pour quiconque souhaite se tenir informé sur les arts.

http://freshpaintmagazine.com

  1. Works That Work

‘Le National Geographic du design’, voilà comment Works That Work est parfois décrit. Ce qui revient à dire que le magazine regarde au-delà des portfolios et des points d’intérêt évidents. Il combine inspiration et observation et fait abstraction des egos des concepteurs et stylistes. Le résultat est invariablement surprenant !

https://worksthatwork.com

 

Découvrez ici: Les 8 découvertes et Les 5 classiques

 

The Gourmand magazine

Magazines pour créatifs : 8 découvertes

Tout créatif qui se respecte doit avoir au moins une poignée d’abonnements à des magazines lui servant de source d’inspiration. De l’art au design, en passant par les voyages et la culture. Après les cinq classiques, c’est désormais le tour de 8 publications surprenantes. Voici nos 8 découvertes cataloguées !

The Happy Reader
The Happy Reader est unique en son genre pour quiconque cherche à être informé sur, inspiré et diverti  par l’univers des livres et de la lecture. Le magazine sort du lot grâce à sa magnifique typographie et devient ainsi un objet design à part entière.  Chaque numéro contient deux volets : une interview en profondeur d’un amoureux du livre et une analyse d’un classique de la littérature mondiale.

www.thehappyreader.com

Lagom
Lagom propose des récits axés sur ceux qui ont pu faire de leur passion leur métier, ayant par la même occasion atteint un équilibre entre leur vie privée et professionnelle. Le titre paraît deux fois par an.

www.readlagom.com

Another Escape
Another Escape est une publication  » outdoor lifestyle & creative culture  » . On y trouve des histoires de personnes qui vivent leur vie de façon inspirante, tant en matière de  » découverte  » que d’innovation. A découvrir sans plus attendre.

www.anotherescape.com

Kinfolk
Comment se faciliter la vie, se lier à ceux qui nous entourent et passer plus de temps avec ses amis et ses proches ? C’est sans doute une question que beaucoup d’entre nous se sont déjà posée. Kinfolk formule la réponse en tant que  » slow lifestyle magazine  » . Le titre compte des éditions internationales au Japon, en Chine, en Corée du Sud et en Russie.

www.kinfolk.com

The Gourmand
Le titre le dit déjà : The Gourmand sublime la cuisine pour en faire un art. Il frappe les esprits par son esthétique et ne se contente pas de proposer des recettes, mais aussi des infos sur de nouveaux restaurants, cafés et ingrédients.

http://thegourmand.co.uk

Weapons of Reason
Faire la lumière sur les problèmes mondiaux qui nous occupent, voilà ce que fait Weapons of Reason. Chaque numéro est centré sur un thème creusé selon trois axes : le passé, le présent et le futur.

http://weaponsofreason.com

Dirty Furniture
Dirty Furniture est un nouveau magazine semestriel axé sur la relation entre les gens et les choses dont ils s’entourent. Le magazine veut ainsi présenter le design d’une toute autre façon, l’utilisant comme point de départ pour des récits sur la politique, l’histoire et la technologie.

http://dirty-furniture.com

Standart
Standart est un magazine sur la culture du café. Bien sûr, c’est aussi bien plus que cela. Dans chaque numéro, on trouve plus de 100 pages remplies de belles histoires sur les producteurs de café. Un magazine qui invite à prendre le temps de savourer une petite tasse de café…

http://standartmag.com

 

Découvrez aussi les Magazines pour créatifs : cinq grands classiques

Magazines pour créatifs : cinq grands classiques

Tout créatif qui se respecte doit avoir au moins une poignée d’abonnements en cours à des magazines lui servant de source d’inspiration. De l’art au design, en passant par les voyages et la culture. Ces titres se démarquent de par leurs polices de caractères et images soigneusement sélectionnées, leur style d’écriture élégant et, bien sûr, les récits pointus et surprenants qu’ils proposent. Dans chacun d’eux, le créatif peut trouver des cordes à son arc. Voici cinq titres à ne manquer sous aucun prétexte !

  1. Monocle

La publication de Tyler Brûlé est une parfaite évidence  pour quiconque s’adonne à la créativité. Monocle propose dix fois par an un aperçu de tout ce qui bouge dans le monde au niveau du business, de la culture et du design. À chaque fois, le titre développe des récits mémorables et peu évidents. En ligne, podcasts et autres forment un joli prolongement.

www.monocle.com

  1. Wallpaper*

Avant de lancer Monocle, Brûlé était rédacteur en chef de Wallpaper*, un magazine qui se concentre sur la beauté et l’esthétisme dans la vie : architecture, design, mode et art, entre autres. Après toutes ces années, c’est toujours la référence en la matière.

www.wallpaper.com

  1. Delayed Gratification

Quiconque est en quête d’idées, sait que celles-ci ne viennent pas sur commande. Delayed Gratification s’en inspire de façon marquée. Le titre s’insurge contre la tendance au ‘toujours plus vite’ et s’impose ainsi en premier magazine pratiquant le ‘slow journalism’. Les récits qu’il propose se cristallisent lorsque la poussière est retombée et que les choses ou conséquences essentielles apparaissent à la surface. Le tout conjugué avec une attention toute particulière à la qualité d’impression.

www.slow-journalism.com

  1. Courier

Etre lancé en 2013 et, peu à peu, jouir d’un statut de valeur sûre. Il faut le faire. C’est ce qui est arrivé à Courier, une publication qui cherche à promouvoir la culture d’entreprise, qu’il s’agisse de start-ups et d’entreprises technologiques ou du monde des affaires liées à la mode, aux médias, au design ou à la finance. Chose remarquable : chacun qui veut, peut devenir actionnaire du magazine.

www.courierpaper.com

  1. Wired

Un classique pour les férus de technologie.  L’innovation est clé, ce qui se manifeste aussi dans la mise en page du titre. Wired a un aspect futuriste, cela saute aux yeux. En matière de canaux numériques aussi, Wired se meut en initiateur de tendances, comme en témoigne son magazine iPad à succès.

www.wired.com