Surfez sur

WeMedia

La chronique de Bart : Sur le rôle important des magazines dans la lutte pour la durabilité

Le thème de la durabilité ne cesse de gagner en importance dans notre société. Sur ce site, John Wilpers s’était déjà penché sur le rôle que peuvent jouer les magazines. Comme Bart Lombaerts a réalisé un documentaire avec Wim Vermeulen sur la durabilité d’entreprise, nous lui avons demandé de couler son point de vue dans une chronique.

Découvrez ici le débat de MAGnify 2020 avec Wim Vermeulen

Ça commence vraiment à urger. Si nous voulons éviter que le réchauffement climatique explose tous les compteurs et que nos arrière-petits-enfants se voient forcés d’aller vivre dans le grand Nord parce qu’il n’y a plus d’autre endroit vivable. Si, d’ici 2030, nous voulons veiller à respecter les objectifs de durabilité des Nations Unies et éradiquer la pauvreté et garantir à chaque humain sur cette planète un accès durable à l’eau potable. Tout ce que nous voulons, c’est que la Terre soit tout simplement un endroit agréable où il fait bon vivre.

C’est urgent parce que c’est maintenant que ça doit se faire. Si dans les dix années à venir nous ne parvenons pas à infléchir la courbe du réchauffement climatique et à réaliser une série d’objectifs de société, les générations à venir auront beaucoup moins de plaisir à occuper ce petit coin de l’univers. C’est donc à nous de changer cela. This is the decade, we are the generation. Qu’il s’agisse des entreprises, des pouvoirs publics ou des citoyens.

Ce qui doit se passer est facile à expliquer, mais bien plus délicat à mettre en œuvre. Il s’agit en effet d’insuffler un changement d’esprit. De réfléchir différemment et, par conséquent, de se mettre à agir autrement.

A lire aussi : 37 % des consommateurs ont déjà boycotté une marque. Qu’est-ce qui les fait revenir ?

C’est justement là que le média magazine peut jouer un rôle important, quoique surprenant. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un style de vie fondamentalement différent et d’inspiration autour de ça. Et qui est mieux placé pour servir de source d’inspiration en matière de lifestyle que les magazines ?

Les choix qu’opèrent les rédactions inspirent des centaines de milliers de nos compatriotes. Lorsque ces rédactions abordent plus souvent certains sujets ou font certains choix, cela influe immédiatement sur le comportement des lecteurs. Que ce soit dans un contexte B2C ou B2B… Chapeau, d’ailleurs, à Trends pour sa manœuvre osée. Avec ‘change the game’, le titre prend clairement position. Qui suit ?

Là, vous pensez sans doute : quelle idée saugrenue d’utiliser le papier pour promouvoir la durabilité. Mais cela fait belle lurette que l’industrie du papier est profondément convaincue de l’importance d’une gestion forestière durable si, à terme, elle espère encore pouvoir produire du papier. Un papier portant le label FSC (qu’utilisent quasi tous les magazines belges) est un papier qui est le fruit d’une gestion forestière durable. De plus en plus souvent, le papier contient en outre aussi des fibres de papier recyclé. Ce n’est pas depuis hier seulement que les magazines travaillent sur la durabilité…

Pour vous enregistrer pour la première de The Decade of Action, rendez-vous sur www.thedecadeofaction.com. L’événement aura lieu le 11 décembre à 11h30.

Bart Lombaerts, Spyke Bart Lombaerts, Spyke

Sur le même sujet :

Roadmap to accelerate sustainability

Etude Capgemini : comment la durabilité modifie le comportement d’achat

Tout le monde parle de durabilité, et la crise du corona a eu pour effet de resensibiliser beaucoup de consommateurs à ce sujet. Jusqu’à présent, il a beaucoup été question de ‘greenwashing’ et de redorer le blason.  Entre-temps, la durabilité s’est toutefois mue en un argument d’achat de poids pouvant être exploité pour stimuler les ventes. C’est ce qui ressort d’une étude en cours menée par le bureau de consultance en gestion Capgemini.

Selon l’étude, pour laquelle 7.500 consommateurs et 750 entreprises ont été interrogés dans neuf pays, près de 80 % des consommateurs basent leurs décisions d’achat sur des critères de durabilité. Ils attachent plus de valeur au respect de l’environnement, à la responsabilité sociétale et à l’inclusivité.

65 % des répondants veulent davantage s’imprégner des conséquences de leur consommation dans la nouvelle normalité. Quasi le même nombre de répondants (64 %) ont même affirmé que l’achat de produits durables les rend heureux.

graph consumers agreeing to statements about sustainability

Les gens estiment que les produits durables ne devraient pas être plus chers que les non-durables, même s’ils sont prêts à débourser plus pour se les procurer (en moyenne, deux tiers d’entre eux ont payé 10 % de plus). 40 % (principalement parmi les cibles plus jeunes) indique même avoir payé moins pour une alternative durable.

Un comportement d’achat plus durable

Le changement de mentalité chez de nombreux consommateurs s’exprime aussi à travers le comportement d’achat : 1 sur 2 environ passe à des marques moins connues. Deux tiers veulent acheter plus de produits locaux, parce que ceux-ci sont plus sûrs et durables à leurs yeux. Environ la moitié affirme avoir un lien émotionnel avec les produits ou entreprises qu’ils perçoivent comme durables.

« Partout dans le monde, la pandémie du corona a amplifié le désir d’authenticité et de responsabilité, surtout vis-à-vis des grandes entreprises. J’entrevois dès lors une réelle opportunité de positionnement pour les marques maison des supermarchés – ce qui augmentera la pression sur les articles de marque », dixit Capgemini.

Rattrapage de la communication durable

Entre-temps, certains fabricants et détaillants se sont rendus compte des bénéfices d’actions durables : 77 % des entreprises interrogées reconnaissent que la durabilité entraîne une plus grande fidélisation de la clientèle ; 63 % déclare même pouvoir augmenter les ventes de marque de cette façon.

Graph benefits of sustainable initiatives

Il y a encore un rattrapage à faire lorsqu’il s’agit de la communication : là où deux chefs d’entreprise sur trois sont d’avis que leurs clients connaissent fort bien leurs initiatives en matière de durabilité, la moitié des consommateurs environ déclarent ignorer comment ils peuvent contrôler les promesses de durabilité. Pas moins de 41 % n’a pas confiance dans l’information sur la durabilité qu’affichent les produits.

Stats about consumers and sustainability

La gestion du changement est le défi

Dans trois entreprises sur quatre, d’autres points urgents sont à l’ordre du jour et la durabilité n’est finalement pas (encore) vraiment prioritaire. Du fait qu’on ne sait pas comment procéder à une mise à l’échelle de la durabilité, on ne parvient pas à profiter de ses effets positifs, comme la croissance et la fidélité des consommateurs et du personnel.

Capgemini a ébauché une feuille de route pour les entreprises qui doit leur permettre d’accélérer leur durabilité dans l’intérêt de l’avenir de l’entreprise. Cette ‘roadmap’ comprend quatre piliers :

  1. axez-vous sur la technologie ;
  2. informez et habilitez les consommateurs et les employés ;
  3. gouvernance (engagement de la haute direction, bons KPI) ;
  4. collaboration au sein de l’écosystème large (y compris les fournisseurs, distributeurs, partenaires logistiques et autres).

Roadmap to accelerate sustainability

L’ÉTUDE

Dans le cadre du rapport ‘Les biens de consommation et le commerce de détail : comment la durabilité change fondamentalement les préférences du consommateur’, Capgemini a interrogé 7.500 consommateurs aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède, en Espagne, en France, en Inde, en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne (11 pour cent). En outre, 750 entreprises du secteur ont été interviewées, en plus d’interviews individuelles avec bon nombre de managers.

Source : Horizont 

Articles fréquemment lus :