Surfez sur

WeMedia
Courage cover, Finanzen Verlag

Magazine en point de mire : Courage, la finance pour/par les femmes

Cette fois, nous nous attardons sur un petit nouveau venu d’Allemagne. Le magazine Courage y paraît depuis le 20 février et nous ne savons donc pas du tout s’il est parti pour faire un tabac. Nous avons toutefois estimé que l’histoire qui se cache derrière est suffisamment inspirante pour s’y intéresser. En plus, il y a deux jours que le monde a célébrée la journée internationale des femmes…

Courage, ‘le magazine de l’argent, de la carrière et de la soif de vivre pour toutes les femmes’, est une publication sur la finance entièrement axée sur le sexe féminin. Dans les rayons presse, le magazine se trouve dès lors entre les titres féminins, et non entre les magazines financiers. La couverture fringante est clairement conçue dans cet esprit.

Outre la version imprimée, l’éditeur mise aussi pleinement sur une édition numérique, un site Web, un blog et les médias sociaux pour rapidement construire cette communauté intéressante de femmes disposant d’un solide revenu. Les deux rédactrices en chef travaillent dans le domaine financier depuis très longtemps déjà et se sont rencontrées chez l’éditeur Finanzen Verlag. Autorité assurée.

Courage magazine website

Des femmes investies d’une mission

Daniele Meyer et Astrid Zehbe sont en mission : celle d’inspirer les femmes à prendre en mains leurs finances et leur carrière. Elles ont découvert que les femmes ne commencent à s’intéresser à la finance et à la sécurité financière qu’une fois qu’elles ont accouché de leur premier enfant. Le tandem aimerait beaucoup changer cela.

De plus, elles rendent les femmes plus visibles dans le domaine de la finance. Elles ont en effet été frappées de constater que 4 fois sur 5, environ, les magazines économiques et financiers classiques, même au sein de leur propre maison d’édition, ont pour unique sujet des hommes. Ce qui n’est pas du tout représentatif de la société allemande. Dans Courage,  on s’intéresse bien plus souvent – mais pas uniquement – à des modèles féminins.

Finance : les femmes ont d’autres exigences

Le focus sur les thèmes financiers, comme les prestations de retraite, est également différent, parce que les femmes ont d’autres exigences et conditions. Elles doivent par exemple plus souvent faire face à la pauvreté après la retraite, parce qu’elles ont travaillé moins d’années, ont moins gagné et qu’elles vivent aussi plus longtemps. Elles témoignent aussi d’un plus grand intérêt pour le long terme et la durabilité.

Courage est un bimestriel qui s’adresse aux femmes âgées de 30 à 60 ans ayant bénéficié d’une éducation supérieure, occupant un bon job et disposant d’un revenu correspondant.  Avec un tirage de 50.000 exemplaires, les premiers pas de Courage en Allemagne sont à qualifier de prudents. La formule rédactionnelle repose sur la carrière et les finances, mais laisse aussi toute la place à des sujets comme la mode, la famille, la mobilité et les médias numériques.

Laissez vous inspirer par :

laptop, person reading paper, person reading magazine

Un investissement magazine optimal peut augmenter le ROI de 164 %

L’enseigne britannique Magnetic Media conclue sur base de nouvelles analyses ROI de campagnes, baptisées ‘Attention Pays: Optimising for Profit’, que le mix média est en déséquilibre. Pour les secteurs de la beauté et des finances, des améliorations ROI de 164 et 68 % sont envisageables lorsque 5 à 6 % du budget sont consacrés aux magazines.

MAGnify logo
Découvrez ici la vidéo de MAGnify 2019 et les présentations de nos orateurs ici

La conclusion des Britanniques fait écho à celles d’études antérieures, comme la CSA française, présentée par Yves Del Frate (Havas) à l’occasion de MAGnify. Celle-ci avait révélé un énorme surinvestissement dans les médias en ligne. (Lire plus ici) Elle se rapproche aussi de très près des paroles de Steve Goodman (Group M) lors de MAGnify 2018 : « Nous estimons que le pendule est allé trop loin. Nous plaidons pour un retour aux médias établis. »

Consensus international : sous-investissement dans les média hors ligne

C’est un son de cloche que l’on ne cesse d’entendre ces dernières années : dans leur fascination pour les médias numériques et sociaux, les marketeurs sont allés trop loin. Ils semblent avoir oublié l’efficacité des médias hors ligne. Les Britanniques parlent d’un ‘Mind the (ad spend) gap’ de 220 millions de livres et les Français d’un sous-investissement de 1,5 milliard d’euros dans les médias hors ligne.

Chez nous aussi, la sonnette d’alarme a retenti à plusieurs reprises durant ces 12 derniers mois. Le plus récemment à l’occasion de la publication de l’étude belge ‘Re-evaluating Media’ d’Ebiquity, réalisée e.a. en collaboration avec l’UBA (lire plus ici). L’UBA a détaillé l’an dernier comment fonctionnait l’angle mort des marketeurs face aux médias hors ligne.

Réintégrer les magazines dans le mix média

L’étude de Magnetic Media est une nouvelle étape dans son projet courant, ‘Pay Attention’, avec lequel l’organisation étaye l’importance de l’attention consommateur en tant que nouveau KPI pour les campagnes. (Lire aussi : Le nouveau récit des marques magazines) Dans le cadre de cette analyse, un benchmarking a opposé 125 campagnes avec magazines imprimés à des campagnes comparables sans.

Il apparaît à chaque fois que l’attention est une condition cruciale à l’efficacité publicitaire, mais que dans les médias numériques et sociaux elle constitue un paramètre sous-estimé. Cela doit changer, dit Magnetic. Il est temps d’opter pour un ROI optimal et de réaccorder aux magazines la place qu’ils méritent dans le mix média sur base des résultats.

 

5 à 6 % du budget en magazines pour la beauté et les finances

Magnetic Media souligne qu’il ne s’agit pas d’énormes changements, mais qu’avec la part d’investissement actuelle des magazines de 3 %, les annonceurs n’obtiennent pas de gain ROI optimal.

« At an aggregate level, the market is underinvesting in magazines, and not achieving the optimal profit ROI that they could be. » Anna Sampson, Magnetic Media

L’analyse de deux secteurs importants pour les magazines, la beauté et les finances, révèle des résultats remarquables. Dans le secteur de la beauté, un investissement magazine de 5 % du budget pourrait déjà valoir aux marques une amélioration potentielle de 164 %. En finances, un investissement magazines optimal de 6 % du budget pourrait générer une amélioration ROI potentielle de 68 %.

Pour le marché britannique, cela signifie que si l’on s’en tient à une estimation conservatrice, il s’agirait d’un sous-investissement de 220 millions de livres dans les magazines au détriment des annonceurs. « Dans un marché tellement compétitif que chaque livre sterling compte, réfléchir à l’optimisation de son gain ROI et de son investissement constitue une belle opportunité, non ? », conclue la chercheuse Anna Sampson de Magnetic Media.

Source : Magnetic Media

Sur le même sujet :