Surfez sur

WeMedia
Top Santé sur Facebook avec dr Sarkozy

Actions sympathiques émanant de magazines

Tandis que le COVID-19 se déchaîne à travers le pays, chacun, à sa propre manière, tente d’apporter sa pierre à l’édifice érigé contre le virus. Les magazines aussi veulent remonter le moral de leurs lecteurs. Cependant, comment faire la différence, au-delà de leur rôle d’information ? Sept magazines montrent d’ores et déjà le bon exemple.

A lire aussi : Des innovations inspirantes ? Cela se trouve chez les marques magazines

Ciné Télé Revue

L’action sympathique suivante que nous avons pu dégoter, émane du magazine TV Ciné Télé Revue. Il s’avère qu’il est souvent plus difficile de s’occuper qu’on ne l’a pensé initialement. Pour cette raison, Ciné Télé Revue a créé la newsletter #Onrestechezsoi. Celle-ci fait en sorte que vous restez scotché chez vous. Que regarder à la télévision, quels musées découvrir en virtuel et comment occuper les enfants ? Cette newsletter vous dira tout. De plus, le magazine élargit considérablement sa rubrique des lecteurs, où ‘les héros d’aujourd’hui’ se voient offrir une place de choix.

Top Santé

Une des actions les plus sympathiques émane du magazine lifestyle Top Santé. Il s’agit en effet de vous garder en bonne santé, vous et vos proches. Que vaut-il mieux faire ou, justement, ne pas faire ? Est-il important de continuer à faire du sport ? Plus que jamais, Top Santé insiste sur la santé. C’est pourquoi l’enseigne a lancé une séance de questions-réponses virtuelle sur Facebook. La parole est à des médecins et des spécialistes de la santé, qui pendant une heure répondent à toutes les questions, sur le COVID-19 ou non.

Top Santé sur Facebook avec dr Sarkozy

Flair

Flair aussi s’efforce de remonter le moral de ses lecteurs. Les gens ont grand besoin d’interaction et c’est là que Flair intervient en ange gardien sous le couvert du hashtag #Flairraakt (Flair touche). Derrière, il y a une base de données complète contenant des messages prêts à l’emploi à envoyer à ses amis ou ses proches. Car les mots relient et c’est avec des mots qu’on peut toucher les gens. Les intéressés peuvent écrire leur propre message ou en personnaliser un déjà rédigé par la rédaction de Flair, pour ensuite l’envoyer par voie digitale. Le favori de notre rédaction est d’ores et déjà : « Na deze quarantaine gaan we… wijne, wijne, wijne! » (Après cette quarantaine, nous boirons des verres de vin par dizaines !).

Flair raakt web page

Trends Tendances

Une autre action sympathique a été lancée par Trends. Pas de gentils messages ou monologues comiques cette fois, mais un podcast on ne peut plus sérieux. ‘À quel sujet ?’ est une question à laquelle vous connaissez déjà la réponse, mais dans son podcast Trends parvient tout de même à bien adresser le thème du corona. Tous les mardis et jeudis à partir de 8 heures du matin, ils invitent quelqu’un à faire le récit de l’impact du virus sur notre pays. Vous pouvez ainsi tendre l’oreille à Edward Roosens, Chef économe au sein de la Fédération des Entreprises de Belgique, qui retrace l’impact économique du COVID-19. Les épisodes sont à écouter sur le site web de Trends.

Trends tendances podcast

Libelle

Libelle a également ouvert tous les registres pour remonter le moral de ceux qui sont confinés chez eux, et ce, à l’aide de la plateforme en ligne #wijhoudencontact (nous gardons le contact). En effet, beaucoup de gens doivent se passer les uns des autres et tout le monde aime s’offrir un petit (message) remontant. Pas des messages écrits, cependant, comme chez Flair, mais bien des photos et des clips placés sur #wijhoudencontact pour donner un coup de pouce à qui en a besoin. Ou, tout simplement, pour dire ‘merci’ à tous ceux qui de nos jours le méritent : infirmiers, médecins, employés de supermarchés, etc. Libelle nourrit aussi d’autres ambitions avec cette plateforme, car – qui sait ? – votre courrier trouvera peut-être une place dans le magazine.

Libelle Wijhoudencontact web page

Dag Allemaal

#samentegencorona (#ensemblecontrecorona), telle est la devise avec laquelle Dag Allemaal cherche à inciter ses lecteurs à rester confinés. Ici aussi, les mots et les messages tendres jouent un rôle crucial. À l’aide de cartes postales, Dag Allemaal veut rapprocher les gens. Sans pour autant gommer la distance, car il s’agit encore toujours de respecter les règles de distanciement social. Le site web du magazine permet de créer sa propre carte postale, d’y ajouter des photos sympas et de rédiger un petit texte. Ensuite, il ne reste plus qu’à envoyer le tout. Ce que cette action a de sympathique ? Elle laisse le choix entre une approche résolument moderne avec une carte digitale ou l’envoi d’une carte postale comme dans le bon vieux temps, par la poste. Voilà comment Dag Allemaal apporte aussi sa pierre à l’édifice.

Humo

Les gens commencent à en avoir marre, de tout ce cirque autour du coronavirus. Entre-temps, nous nous sommes rebiffés après la vague de panique initiale. Et pourtant, il est toujours tellement important que nous nous confinions ‘dans notre kot’, comme l’a si bien formulé Maggie De Block. C’est exactement ce que cherche à nous faire faire Humo avec Humo’s Quarantaine Festijn. Des films comme Twelve Years a Slave, des documentaires, des spectacles des comédiens Hans Teeuwen et Wim Helsen et des e-books de Tommy Wieringa et David van Reybrouck. Que nous faut-il de plus pour rester chez nous ? Il y a toutefois anguille sous roche… cette offre ne valant que pour les abonnés. Mais là aussi, Humo a une réponse toute faite : le magazine offre un mois de plaisir de lecture et visuel gratuit pour qu’on reste cloîtré chez soi à coup sûr. Pour en profiter par la suite, il faudra débourser 5 euros par mois, mais que sont 5 euros s’ils vous permettent de rester protégés, vous et vos proches ?

Sur le même sujet :

MAGnify 2019 sofa session participants

MAGnify 2019: is the earth flat? (video)

Danny Devriendt invited media experts to discuss the media and advertising world of today at MAGnify 2019.

Some people keep believing that planet earth is flat. Even in the face of overwhelming scientific and experiential evidence, while having access to every source imaginable. Or is it because of this overload of information that the truth seems to have lost value? The revival of quality journalism after the Trump election and the Brexit give us hope: many people are searching for truth and qualitative information from trustworthy sources.

For our MAGnify 2019 sofa session we did not find anyone to defend the title statement. We found five Belgian media experts to discuss the consequences of today’s brave new world of post truth and misinformation. Specifically the consequences of these trends and developments for media, advertising and journalism.

Video guide:

  • 01,26 – Danny Devriendt explains the discussion theme: the earth is flat
  • 03,30 – Danny Devriendt: Politicians, marketeers and journalists don’t stand a chance
  • 04,15 – Eva Van Driessche: is fake news the fault of journalists?
  • 05,40 – Ruben Ceuppens: on the changes going on in digital advertising
  • 07,45 – Harry Demey: on self regulation by the creative agencies and the responsibility of the media for quality
  • 11,10 – Zoe van Gastel: on what can go wrong in cooperation with influencers and how to do it the right way
  • 14,08 – Eva Van Driessche: about the borders between editorial and commercial, native advertising, transparency and the changing cooperation with advertisers
  • 18,15 – Zoe van Gastel: the new influencers know how to work with advertisers
  • 20,08 – Ruben Ceuppens: on reach, retargeting and the importance of the quality of advertising environment
  • 22,05 – Harry Demey: on his problem with programmatic and his hopes for the future: “put the human in programmatic”
  • 24,20 – Harry Demey: if we don’t do this, (define what good advertising is) our industry will not survive
  • 25,00 – Harry Demey advises media to start without advertising money
  • 26,00 – Eva Van Driessche: influencers are in the drivers seat and in control. Trust them.
  • 27,09 – Eva Van Driessche: everyone went for reach. We now made a drastic change and we see the positive effects very quickly
  • 27,58 – Zoe van Gastel: on the responsibility of social media and possible solutions
  • 29,28 – Ruben Ceuppens: on the problems and possibilities of self regulation by (American) social media companies
  • 31,55 – Danny Devriendt: on local news and magazine brands as our best weapon in the struggle against fake news
  • 33,02 – Zoe van Gastel: on control of data and social media
  • 34,05 – Ruben Ceuppens: we need to keep talking with each other as agencies, publishers and advertisers
  • 35,05 – Harry Demey: on the role of Facebook and Google
  • 35,40 – Eva Van Driessche: about competing with the social media giants by sticking to your values and quality
  • 37,02 – Danny Devriendt concludes

Watch the video and the photos of MAGnify 2019 here

Read our interviews with the MAGnify speakers: