Surfez sur

WeMedia
Facebook print ad

To be more successful online, use print

Submitted by: Print Power 12/06/2017

Facebook print adPrint Power, the campaign that promotes the use of print in multi-channel marketing, continues to remind Europe’s top brands and agencies of its credibility and authenticity – not just for traditional companies, but increasingly for online brands.

This was seen most recently in a print advert placed in a number of daily newspapers by Facebook, offering tips on how to spot fake news.

The social media giant has been criticised for its role in the spread of false information and needed to reassure its users that it was taking action. But rather than use its own vast digital platform to inform people, it turned to print to give its message a vital degree of accuracy and trust.

This use of print by online and technology giants is now widespread, with many companies who have built their vast fortunes on digital using newspaper and magazine advertising, as well as direct mail, door drop, catalogues and outdoor, to give their brands a physical presence. Amazon, Google, Apple, LinkedIn, Expedia, and even Uber, have all used print to spread their marketing messages.

Some digital firms have gone further, publishing their own print magazines to reach an audience keen to sit back and consume the branded content at their own pace. The global room rental site Airbnb have recently partnered with Hearst Magazines to produce Airbnbmag, a travel magazine driven by trends and insights from the Airbnb community of hosts and travellers.

“Travellers around the world are constantly looking for new inspiration and insight,” said Brian Chesky, CEO of Airbnb. “Our community will provide the perfect lens for readers of Airbnbmag to discover the world, learn about new neighborhoods and hear great stories.”

There’s also a trend for successful websites and blogs to use their huge online presence to transfer into print success. In 2014, luxury fashion website Net a Porter launched Porter, a glossy magazine that now competes on the newsstand with Vogue and Elle with monthly sales of over 170,000. Meanwhile, Magnolia Market, a Texas farm shop featured on US reality show Fixer Upper, used their TV audience and 4.7 million Instagram followers to launch their own magazine, The Magnolia Journal, which now sells over a million copies per month.

Whether getting an important message across or using existing audiences to push their brands further, it’s clear that digital companies are understanding the power of print.

Fact: The Magnolia Journal sold 1,000,000 copies in one month.

Cover Magnolia magazine

Source: Print Power

Belgie

Les Belges sont des consommateurs média traditionnels

Comparé à d’autres pays dans le monde, la façon dont s’informent les Belges est assez traditionnelle. C’est ce qu’on peut déduire de l’étude ‘Digital News Report 2016’ de Reuters. Le taux d’utilisation des médias sociaux pour s’informer reste en-deçà de celui de la plupart des autres pays (25) participant à l’étude, à l’image de la popularité des appareils mobiles versus les ordinateurs de bureau.

46 % seulement des Belges s’informent entre autres via les médias sociaux, Facebook en tête. La radio et la presse se situent au même niveau et la télévision prend la tête avec 75 %. Comparé aux 25 autres pays sondés (plus de 50.000 répondants), il s’agit là d’un profil média particulièrement traditionnel : en moyenne, 51 % utilise les médias sociaux.

Comme aucun des ‘pure players’ internationaux n’a pénétré le marché belge, les marques d’information traditionnelles (TV et presse) maintiennent une position forte. C’est sans doute ce qui explique la confiance élevée durable des Belges dans les sources et marques d’information. Cette confiance est en effet supérieure de 10 points à la moyenne (y compris les groupes d’âges les plus jeunes).

Comparé aux autres pays, la vidéo en Belgique n’est pas encore un mode de consommation d’information tellement populaire. En général, la consommation vidéo croît d’ailleurs beaucoup moins vite dans le monde que prévu.

Lorsqu’il s’agit de payer pour obtenir des infos numériques (12 %) ou d’utiliser un bloqueur de pub (25 %), les Belges ne donnent pas non plus le ton, même si le pourcentage d’utilisation d’ad blockers fait déjà presque le double au sein du groupe d’âge le plus jeune (des 18 à 24 ans).

Voici quelques chiffres concernant l’utilisation des médias sociaux en Belgique (Global WebIndex) :

  • L’an dernier, le temps que consacrent les Belges aux médias sociaux n’a pas augmenté. En moyenne, il est de 1,24 heure par jour. Dans d’autres pays, la moyenne est de 1,85 heure.
  • Les Belges de 16 à 64 ans sont actifs sur 4,4 médias sociaux. Au niveau global, la moyenne est de 6,8.
  • 89 % est présent sur au moins 1 plate-forme de média social.
  • Avec une part de 80 %, Facebook reste le média social préféré des Belges. C’est vrai aussi dans le monde. Le taux de pénétration d’autres médias comme YouTube, Twitter, Whatsapp et Instagram est nettement plus faible.
  • L’engagement et la contribution au cours du dernier mois (auto-déclaré) sont les plus élevés sur Facebook, YouTube et LinkedIn.
  • Le réseautage passif est plus important en Belgique que dans les autres pays. Les trois principales motivations d’usage des réseaux sociaux sont dès lors : rester en contact avec ses amis (44 %), passer le temps (40 %) et se tenir informé de l’actualité ou d’événements (31 %).

Sources : Xavier Degraux 1, Xavier Degraux 2