Surfez sur

WeMedia
Lara Chammah, Roularta Media

 » J’ai opté pour une régie magazines en raison de la qualité de ses bases de données « 

Derrière chaque site magazine se cachent souvent des dizaines de collaborateurs et presque autant de fonctions. Suite à l’évolution de l’offre en publicité digitale, un nouveau rôle est apparu : expert programmatique. Chez Roularta Media, il est joué par Lara Chammah.

Son CV se lit comme l’ histoire du paysage belge des régies (Internet). Lara Chammah a travaillé e.a. chez Beweb, Produpress et IP. Depuis peu, elle est active chez Roularta Media. A chaque fois, elle travaille comme spécialiste en publicité Internet, ces dernières années exclusivement dans le domaine du programmatique, soit des modes qui permettent d’acheter des espaces publicitaires digitaux de manière entièrement automatique.  » Chez Beweb, j’ai lancé ça par moi-même », raconte-t-elle,  » mais grâce à mes expériences chez IP et Produpress j’ai aussi pu me familiariser avec le print, la TV et la radio en tant que médias.  »

C’est devenu un élément important dans le choix de son employeur le plus récent. Lara Chammah :  » J’ai opté pour une régie magazines parce qu’elle renferme une bonne base de données. Nous savons qui se tient derrière le contenu, qui le consomme, et nous pouvons ainsi proposer des solutions à 360°. Il reste encore beaucoup à réaliser ici.  »

Le lien entre la régie et le Digital Hub

Lara Chammah fait partie de la division Internet de Roularta Media. Elle est en quelque sorte la plaque tournante pour tout ce qui touche au programmatique. D’une part, elle s’efforce de convaincre annonceurs et agences des possibilités du programmatique. D’autre part, elle travaille main dans la main avec les équipes techniques de Roularta Digital Hub sur les volets technique et data. Bien sûr, elle doit aussi pouvoir disposer des connaissances nécessaires concernant les outils Adtech à sa disposition.  » Nous testons quelles sont les bonnes technologies et les implémentons ensuite « , dit-elle.  » Je n’ai pas vraiment de compétences Ad Ops, mais j’apprends bien sûr beaucoup de la collaboration avec les spécialistes en la matière.  »

Au sein de la cellule Internet de la régie, Lara Chammah est la seule à se focaliser sur le programmatique, mais l’équipe comprend évidemment encore d’autres spécialistes : Ad Ops, Sales, des responsables de la génération de leads, etc.

L’essor du programmatique

Que les choses soient claires : l’offre de Roularta ne comprend actuellement que l’inventaire Internet. Le print n’est pas proposé de la même manière, même si cela est techniquement possible.  » Pour le moment, nous nous focalisons sur le digital « , dit Lara Chammah à ce sujet,  » mais nous gardons bel et bien un œil sur l’évolution du print.  »  D’ailleurs, tous les produits Internet ne sont pas non plus proposés via le programmatique.  » En publicité native, c’est impossible « , explique Chammah :  » C’est du vrai sur-mesure.  »

Cela n’empêche qu’en quelques années Lara Chammah a vu l’impact du programmatique augmenter.  » Avant, il s’agissait de petits budgets, comme si les marques et les agences voulaient d’abord vérifier ce que ça rapporterait. Aujourd’hui, ils ne cessent d’augmenter.  »

31 ans, mais elle couche ses notes sur le papier

Malgré son job digital, Lara Chammah croit toujours dur comme fer en la puissance du papier.  » L’offre numérique va encore beaucoup évoluer « , dit-elle,  » mais à mes yeux elle n’évincera jamais le marché de l’ imprimé au niveau des magazines. J’ai 31 ans, mais pendant les réunions je tiens à confier mes notes au papier. J’aime toujours lire un magazine, déchirer une page pour la refiler à quelqu’un.  »

Néanmoins, elle se rend compte que le marché imprimé n’a pas la vie facile.  » Le vrai reach est difficile à calculer et, du coup, le print est sous-estimé. Pour une régie magazines, faire ce récit reste une tâche essentielle. Les nouvelles générations doivent être amenées à l’intégrer. Nous nous devons cependant tout aussi bien de vulgariser davantage encore le programmatique. Et ça, c’est ma mission à moi…  »

Lara Chammah, expert programmatique chez Roularta Media

A lire aussi : 

Isobar Programmatic Print Ad

Données, personnalisation, géolocalisation : ce service de publicité imprimée a tout ce qu’il faut

Selon les gens d’Isobar, une agence de marketing numérique du réseau Dentsu Aegis, c’est la première ‘programmatic print ad’. Nous voyons ici plutôt une application intelligente des techniques existantes et une bonne utilisation des données. Quoi qu’il en soit, c’est une nouvelle publicité imprimée innovante qui vaut la peine d’être discutée.

 

WEMEDIA_logo_MagnifyN’hésitez pas, inscrivez-vous sans plus attendre ici (www.magnify.be)
et rejoignez-nous le 3 Octobre à CC De Factorij à Zaventem.

Le service qu’Isobar a développé en collaboration avec le journal O Estado de S.Paulo permet aux annonceurs de proposer aux consommateurs des publicités personnalisées, basées sur leur profil de lecture, sur leur géolocalisation et en fonction de l’heure du jour. Cela signifie simplement que les gens scannent avec leur smartphone un code QR dans une publicité imprimée.

Print à nouveau pertinent

Isobar Programmatic Print Ad -drn28471L’innovation réside dans les données qui sont ensuite utilisées pour faire à l’utilisateur une offre personnalisée : caractéristiques du lecteur, lieu et heure du scan. Ainsi, les annonceurs peuvent également optimiser le realtime : une offre qui livre peu de réponses peut directement être adaptée et remplacée par une meilleure offre.

La publicité a été mise à l’essai avec des promotions de McDonald’s, Burger King et Subway. Selon les inventeurs, ce service porte la communication de la marque à un autre niveau et rend l’imprimé comme canal publicitaire à nouveau pertinent.

Source : Daily Research News Online 

Sur le même sujet :