Surfez sur

WeMedia
Autosalon Dream Cars

Pourquoi, dans certains magazines, le Salon de l’Auto dure trois mois

Le Salon de l’Auto est un rendez-vous annuel ou bisannuel qui intéresse de nombreux Belges, mais les magazines aussi lui consacrent beaucoup d’attention. Même s’il y a un éditeur qui sort clairement du lot.

A lire aussi : Grand impact des marques magazines en matière d’achat voiture et de décoration d’intérieur

Du 10 au 19 janvier, le monde automobile remet le couvert : le Salon de l’Auto annuel (cette année, ce fut un ‘grand’ Salon) a non seulement conquis le cœur de centaines de milliers de Belges, mais aussi un tas d’écrans publicitaires.

Les organisateurs espéraient attirer plus d’un demi-million de visiteurs. Il va sans dire que pour les marques automobiles c’est la période la plus importante de l’année.

Le Moniteur Automobile de décembre

Décembre

Le Moniteur Automobile

Janvier

Dossiers ou édition spéciale

On les entend à la radio, on les voit à la télé, mais on les découvre aussi dans de nombreux magazines : les annonces pour les marques et modèles automobiles les plus divers. Les magazines disposent en outre d’un atout de poids : ils peuvent consacrer des dossiers au Salon, voire lui dédier un numéro tout entier.

Il est étonnant de constater que les magazines prêts à miser sur ce scénario sont peu nombreux. Ainsi, dans son édition du 9 janvier Le Vif (Roularta) proposait un dossier autour du Salon de l’Auto et dans les newsletters automobiles numériques de Knack et du Vif, on couvre l’actualité Salon.

Un magazine qui aide à planifier la visite au Salon

Le seul éditeur à consacrer une large attention au Salon est ProduPress, qui publie des titres auto comme Le Moniteur Automobile et Autogids. « Durant les mois de décembre et de janvier, nous sortons 3 éditions Salon de nos magazines », raconte Thierry Hottat, Head of Marketing & Sales Administration chez ProduPress Advertising. « En décembre, nous avons un numéro à dos droit qui aide nos lecteurs à planifier leur visite et à collecter de plus amples informations sur des aspects comme la fiscalité et les émissions de carbone. Début janvier et dans le numéro qui paraît en fin de Salon, nous poursuivons dans ce sens. »

Ces trois éditions bénéficient d’un double tirage et réalisent des ventes nettement supérieures à celles des numéros durant l’année. Elles sont aussi bien plus épaisses, en partie grâce aux nombreuses annonces et encarts.

Le Salon dure 3 mois

Ces encarts sont d’ailleurs regroupés en ligne et renvoient au catalogue de prix de l’éditeur. « Notre site réunit toutes les infos imaginables et depuis ce dernier Salon, il prête une attention particulière aux voitures ‘vertes’ », ajoute Thierry Hottat.

Ici aussi, le nombre de visiteurs est sensiblement supérieur à ceux enregistrés durant le reste de l’année. « Pour nous, le Salon de l’Auto dure en fait 3 mois », indique Hottat. « Notre mission consiste à aider nos lecteurs et surfeurs dans l’achat d’un véhicule. Dans ce processus, le Salon de l’Auto est un moment extrêmement important. Les gens s’y mettent souvent déjà en décembre, pour ne se décider qu’après le Salon ou en février. »

70 ans de Moniteur Automobile

Enfin, ProduPresse est également présent sur le Salon même. Thierry Hottat : « Pour commencer, nos lecteurs se voient offrir dans le numéro de décembre un billet pour la nocturne du lundi. Pendant la nocturne, nous organisons en outre un événement à l’attention de nos partenaires et annonceurs. C’est un moment spécial, car l’événement est neutre. Le patron d’Audi peut tranquillement bavarder avec celui de Ford. »

Cette année, Le Moniteur Automobile souffle d’ailleurs ses 70 bougies, ce qui fait que la nocturne promet d’être encore plus festive. Les magazines et les moments phares sont clairement bien synchronisés… Reste à attendre Batibouw pour la suite…

Lire aussi :